Curiosity est sur Mars !

Deuxième image reçue sur Terre du robot Curiosity sur Mars. Crédit : Nasa/JPL

Dès l'annonce de l'atterrissage réussi du robot américain, les premières images sont arrivées sur Terre.

La confirmation que Curiosity s'est posé sur Mars sans encombre ce 6 août 2012 est parvenue sur Terre à 7 h 32 (heure française) avec un décalage de 14 minutes dû au temps nécessaire pour que les signaux accomplissent le trajet entre la planète rouge et la Terre.

Une première image sombre mais rassurante

La première image envoyée par Curiosity à la Terre a été reçue quelques minutes plus tard. Prise par une caméra de guidage du robot, elle montre essentiellement l'ombre, très sombre, du robot et une petite portion de sol martien.

Le sol de Mars sur la deuxième image

Une deuxième image a suive peu de temps après, montrant un sol plat, avec du sable, quelques petits cailloux (photo ci-contre). L'horizon, bien plat également, indique que le robot ne s'est pas posé sur un gros rocher qui aurait pu le déséquilibrer ou le mettre en difficulté.

La silhouette de Curiosity

La troisième image montre l'ombre de la silhouette de Curiosity, projetée sur le sol martien. La photo est piquetée par des poussières, soulevées par les moteurs de descente, qui sont venues se coller sur l'objectif de la caméra.

Ombre de Curiosity sur Mars le 6 août 2012. Crédit : Nasa/JPL

Les pentes du mont Sharp

Une nouvelle image des caméras de guidage de Curiosity (ci-dessous), arrivée vers 10 h du matin (à Paris), montre le sol plat, sablonneux et constellé de petits cailloux. Il s'agit d'une version mieux résolue et plus contrastée de la deuxième image. Celle-ci révèle aussi, à l'horizon (dans le coin supérieur droit), les pentes d'une montagne. Il est possible que ce soit le mont Sharp, 5,5 km de haut, à la base duquel Curiosity s'est posé. A priori, l'engin a atterri à environ 250 m des premières côtes, à environ 2 km à l'est du centre de son ellipse d'arrivée. Il se trouve à 4° 59' de latitude sud et 137° 44' de longitude.

Image de Curiosity le 6 août 2012. Crédit : Nasa

La phase d'atterrissage est un succès total.

Les images suivantes envoyées par le rover Curiosity seront visibles sur cette page de la Nasa.

Toutes les images brutes envoyées par le robot au cours de sa mission par toutes ses caméras seront visibles sur cette autre page.

Des réactions enthousiastes

Depuis le président américain Obama qui a tweeté ce matin "Tonight, on the planet Mars, the United States of America made history"("Ce soir, sur la planète Mars, Les Etats-Unis d'Amérique ont fait l'Histoire") jusqu'au chanteur Will.I.am présent sur le site de Pasadena, des personnalités du monde entier ont salué l'arrivée de Curiosity sur Mars.

A 7h32, dans la salle de contrôle du JPL à Pasadena accolades et d'applaudissements se sont diffusées alors que le rover se posait sain et sauf sur la planète rouge.

Pendant la conférence de presse, les scientifiques se félicitaient de leur travail. Charles Bolden, administrateur de la Nasa, a tenu à remercier les équipes autour du monde, "au moins 4 pays sont sur Mars, car ils ont travaillé avec les Etats-Unis".

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Vidéo : Les origines de l’Univers explorées avec Hervé Dole

    Hervé Dole étudie la formation et l'évolution des grandes structures (galaxies et amas de galaxies). Il participe notamment aux missions de l’ESA Planck et Euclid. En novembre 2018, il a exposé les récentes avancées dans notre connaissance de l’Univers lors des Rencontres du ciel et de l’espace (RCE).

  • Admirez l’éclipse totale de Lune du 21 janvier !

    Il faudra être un lève-tôt, ce lundi 21 janvier 2019, pour apercevoir la Lune plonger dans l’ombre de la Terre ! Un spectacle assez rare, étonnant et beau, à contempler pendant plus d’une heure en direction de l’ouest !

  • Enquête sur Asgardia : la première nation de l’espace intrigue

    Le Russe Igor Ashurbeyli a fondé voilà deux ans Asgardia, qui revendique 280 000 citoyens à travers le monde. Ce premier royaume spatial, en réalité surtout numérique, se veut pacifiste et humaniste et souhaite être reconnu par les Nations unies. Mais peut-on faire confiance à un ex-fabriquant de missiles ?