Comment les trous noirs dirigent la vie des galaxies

Le trou noir de la galaxie M106 expulse des jets de matière (en rouge sur cette vue en fausses couleurs). © R. Jay Gabany
Le taux de formation stellaire d’une galaxie dépend de la taille de son trou noir central, d’après une étude parue dans la revue “Nature” en janvier 2018. Chez les grandes galaxies, plus le trou noir est massif, plus la création d’étoiles est efficace, mais brève…
Voilà des décennies que le mystère restait entier. Par quel phénomène le rythme auquel les étoiles se forment dans les galaxies diffère-t-il autant ? La question, qui intrigue les astronomes depuis près de quarante ans, les a conduits à se tourner vers les noyaux galactiques, seuls points de dissemblance entre des galaxies de masse comparable. Et une équipe y a finalement trouvé une réponse étonnante : c’est le trou noir qui trône au cœur des galaxies similaires à notre Voie lactée, ou plus grandes encore, qui contrôle leur taux de formation stellaire.

Des boosters à croissance « Il a d’abord été tenté de faire le lien entre l’activité du noyau galactique et la formation stellaire. Mais aucun résultat n’a été concluant, raconte Ignacio Martin-Navarro,...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Alexei Leonov, premier piéton de l’espace, est mort

    Le 18 mars 1965, vêtu de son scaphandre, il avait été le premier humain à sortir de son vaisseau spatial pour flotter librement dans l’espace. Le Russe Alexei Leonov, qui avait aussi participé à la mission Apollo-Soyouz en 1975, est mort à l’âge de 85 ans.

  • Matière noire : donnez votre corps à la science !

    Vous n’avez pas encore été transpercé par une particule de matière noire macroscopique ? Si elle existe, c’est donc qu’elle fait plus de 50 kg ! Tel est le résultat d’une étude très sérieuse qui considère le corps humain comme… un détecteur de matière noire.

  • La sonde Juno sauve sa mission grâce à une manœuvre inédite

    Pour éviter l’ombre de Jupiter, Juno a dû allumer ses moteurs pendant plus de 10 heures afin de changer de trajectoire. Une manœuvre risquée mais réussie qui prolonge la mission autour de la planète géante.