Comment les trous noirs dirigent la vie des galaxies

Le trou noir de la galaxie M106 expulse des jets de matière (en rouge sur cette vue en fausses couleurs). © R. Jay Gabany
Le taux de formation stellaire d’une galaxie dépend de la taille de son trou noir central, d’après une étude parue dans la revue “Nature” en janvier 2018. Chez les grandes galaxies, plus le trou noir est massif, plus la création d’étoiles est efficace, mais brève…
Voilà des décennies que le mystère restait entier. Par quel phénomène le rythme auquel les étoiles se forment dans les galaxies diffère-t-il autant ? La question, qui intrigue les astronomes depuis près de quarante ans, les a conduits à se tourner vers les noyaux galactiques, seuls points de dissemblance entre des galaxies de masse comparable. Et une équipe y a finalement trouvé une réponse étonnante : c’est le trou noir qui trône au cœur des galaxies similaires à notre Voie lactée, ou plus grandes encore, qui contrôle leur taux de formation stellaire.

Des boosters à croissance « Il a d’abord été tenté de faire le lien entre l’activité du noyau galactique et la formation stellaire. Mais aucun résultat n’a été concluant, raconte Ignacio Martin-Navarro,...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • La « nation spatiale » d'Asgardia couronne son roi

    L'intronisation du chef de l'état d'Asgardia a lieu ce 25 juin à Vienne. Fondée en 2016 par le scientifique et entrepreneur russo-azerbaïdjanais Igor Ashurbeyli, ce « royaume spatial » autoproclamé compte déjà plus de 200 000 membres à travers le monde. Enquête.

  • Méthane martien : Curiosity relance le débat

    La nouvelle détection de méthane dans l’atmosphère de Mars par le robot Curiosity relance le débat sur l’origine de ce gaz : celle-ci est-elle biologique ou non ? Les scientifiques cherchent toujours à comprendre quel mécanisme peut le produire, mais aussi pourquoi il « s’évapore » partiellement en fonction des saisons.

  • Jumelles Omegon 2,1x42 : des « yeux de hibou » au banc d’essai

    Un type nouveau de jumelles surnommé « yeux de hibou » — grand diamètre, faible grossissement — fait sensation pour observer la Voie lactée. Nous avons testé le récent modèle de la marque Omegon et l’avons comparé aux jumelles Kasai et Vixen, testées en mars 2017. Avec des résultats surprenants, au regard des écarts de prix …