Cinq façons de tuer une planète

Vue d'artiste d'un disque de débris. Crédit : T.Pyle/Nasa
Nous savons désormais comment les planètes naissent. Mais comment meurent-elles ? Spécialiste de l’évolution des systèmes planétaires, l’astrophysicien Sean Raymond s’est penché scientifiquement sur le sujet. Terrifiant !
« Les articles consacrés aux planètes que l’on trouve sur le web, c’est un peu comme les films de super-héros : il y en a beaucoup qui racontent leur origine, mais presque aucun leur disparition. » L’astrophysicien américain Sean Raymond a le sens de la formule. Spécialiste de l’évolution des systèmes planétaires, en poste au laboratoire d’astrophysique de Bordeaux, il est aussi très bien placé pour savoir que la vie des planètes est rarement un long fleuve tranquille.

« Lorsqu’on se penche sur l’évolution des planètes, on se rend compte dans les simulations numériques que tout ne se passe pas toujours très bien, surtout pendant leur enfance. Certaines peuvent être éjectées, d’autres qui semblaient en bonne voie pour devenir habitables sont transformées...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • La jeune Jupiter a-t-elle été percutée par une grosse planète ?

    Un corps dix fois plus massif que la Terre serait entré en collision avec la géante du Système solaire quand elle était encore en train de se former. L’immense impact permettrait d’expliquer l’étrange structure interne de la planète, mesurée par la sonde Juno.

  • Les robots débarquent dans la station spatiale internationale

    Le prochain vaisseau Soyouz à décoller pour rejoindre la Station spatiale internationale (ISS) ne comptera aucun astronaute à bord, seulement le robot humanoïde russe Fedor. Plus tard cette année, il devrait être rejoint par Robonaut 2, de conception américaine, qui retrouvera l’espace après plusieurs mois au sol pour réparations.

  • Anneaux de Saturne : leur jeunesse supposée est-elle déjà caduque ?

    A-t-on conclu trop vite au jeune âge des anneaux de Saturne ? Depuis 2017, le lot de mesures livré par la sonde Cassini dans ses derniers instants donne du grain à moudre aux astronomes. Mûrement réfléchi, le modèle le plus robuste pourrait finalement être celui d’anneaux anciens. Enquête.