Christophe Bonnal : « Il est impossible de prévoir où tombera la station chinoise »

La station chinoise retombe début 2018. Christophe Bonnal nous détaille comment. © Cnes/DR
La station spatiale Tiangong-1, dont la Chine a perdu le contrôle en 2016, dont plonger dans l'atmosphère dans la nuit du 1er au 2 avril. Selon Christophe Bonnal, expert senior à la direction des lanceurs du Cnes, il est impossible de savoir précisément où elle va tomber. [mise à jour du 01/4/2018].
 

Elle n’était plus visitée depuis des années, mais restait l’un des symboles de l’exploration humaine de l’espace par la Chine. Lancée le 29 septembre 2011 depuis le désert de Gobi, la première station spatiale chinoise Tiangong-1 (« Palais céleste ») avait reçu la visite de deux équipages en 2012 et 2013, dont celle de la première taïkonaute Liu Yang (vidéo de la mission Shenzou 9).

Depuis sa perte de contrôle en mars 2016, annoncée par Pékin en septembre de la même année, Tiangong-1 n’est cependant plus qu’un débris spatial un peu plus gros qu’un autre. Un engin de 10 mètres par 3 et de plus de 8 tonnes dont la chute est inévitable. À quoi donc doit-on s’attendre ? Éclaircissements de Christophe Bonnal, expert senior à la direction des lanceurs...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Alexei Leonov, premier piéton de l’espace, est mort

    Le 18 mars 1965, vêtu de son scaphandre, il avait été le premier humain à sortir de son vaisseau spatial pour flotter librement dans l’espace. Le Russe Alexei Leonov, qui avait aussi participé à la mission Apollo-Soyouz en 1975, est mort à l’âge de 85 ans.

  • Matière noire : donnez votre corps à la science !

    Vous n’avez pas encore été transpercé par une particule de matière noire macroscopique ? Si elle existe, c’est donc qu’elle fait plus de 50 kg ! Tel est le résultat d’une étude très sérieuse qui considère le corps humain comme… un détecteur de matière noire.

  • La sonde Juno sauve sa mission grâce à une manœuvre inédite

    Pour éviter l’ombre de Jupiter, Juno a dû allumer ses moteurs pendant plus de 10 heures afin de changer de trajectoire. Une manœuvre risquée mais réussie qui prolonge la mission autour de la planète géante.