Chang’e 4 : la Chine atteint la face cachée de la Lune… sans la dévoiler

Paysage de la face cachée par la sonde Chang'e 4. © Xinhua/CLEP/CNSA
Chang’e 4, qui vient de se poser sur la Lune, va-t-elle devenir la mission la plus frustrante de ces dernières années ? Malgré son succès, la Chine a jusqu’ici peu partagé son exploration lunaire. Voici ce que nous savons de la mission.
Le 3 janvier 2019, à 3 h 26 du matin (en France), pour la première fois, un engin s’est posé en douceur sur la face cachée de la Lune. L’exploit technique, bien réel, aurait pu se traduire par une profusion d’images en provenance de cet hémisphère oublié de notre satellite naturel. Sauf que… c’est une mission chinoise qui a atterri là-bas. Et que la CNSA, l’agence spatiale chinoise, s’est montrée bien avare en photos et en informations sur sa prouesse. La gestion de l’instant de l’alunissage a donné le ton : le monde entier a su que la sonde Chang’e 4 avait planté ses pattes dans le grand cratère austral Von Karman (186 km de diamètre) seulement 90 minutes après.

La salle de contrôle de Chang’e 4, en Chine, est pilotée par des équipes relativement
...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Alexei Leonov, premier piéton de l’espace, est mort

    Le 18 mars 1965, vêtu de son scaphandre, il avait été le premier humain à sortir de son vaisseau spatial pour flotter librement dans l’espace. Le Russe Alexei Leonov, qui avait aussi participé à la mission Apollo-Soyouz en 1975, est mort à l’âge de 85 ans.

  • Matière noire : donnez votre corps à la science !

    Vous n’avez pas encore été transpercé par une particule de matière noire macroscopique ? Si elle existe, c’est donc qu’elle fait plus de 50 kg ! Tel est le résultat d’une étude très sérieuse qui considère le corps humain comme… un détecteur de matière noire.

  • La sonde Juno sauve sa mission grâce à une manœuvre inédite

    Pour éviter l’ombre de Jupiter, Juno a dû allumer ses moteurs pendant plus de 10 heures afin de changer de trajectoire. Une manœuvre risquée mais réussie qui prolonge la mission autour de la planète géante.