Ce que révèle le “coup de booster” d’Oumuamua

Vue d’artiste de la comète extrasolaire Oumuamua, dégazant lors de son passage au plus près du Soleil. © ESO
Oumuamua, le premier astre venu d’un autre système stellaire, serait en fait une comète, et non un astéroïde. Ce récent résultat implique que les jeunes systèmes planétaires en formation éjectent des milliards de comètes, et que des milliers d’entre elles nous rendent visite en permanence.
Il y a bien longtemps, autour d’un autre soleil, Oumuamua a probablement déployé une chevelure étincelante. Car cet astre à l’étrange silhouette oblongue découvert fin 2017, et originaire d’un autre système planétaire, n’est pas un astéroïde, comme on le croyait jusqu’à présent. C’est une comète !

C’est d’ailleurs dans cette catégorie que les astronomes l’ont d’abord classé. Immédiatement après sa découverte, le 19 octobre 2017 grâce au télescope Pan-Starrs 1, le corps céleste est en effet immatriculé C/2017 U1 (« C » pour comète). Car l’étranger a les attributs d’un astre chevelu : une trajectoire très allongée et une couleur de surface légèrement rouge — celle-là même qu’arborent tous les astres glacés primitifs dans le Système...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Interview : Brian May, la musique et l’astro en stéréo

    Le guitariste du groupe Queen a trois passions : la musique, bien sûr, mais aussi l’astronomie et l’imagerie 3D. Brian May nous a raconté comment il jongle entre les trois.

  • Mu Cephei expulse de la matière par bouffées

    Pour la première fois, des astronomes ont réalisé une carte 3D des phénomènes de perte de masse d’une supergéante rouge. Des images exceptionnelles obtenues grâce au réseau d’antennes de l’observatoire NOEMA (Northern Extended Millimeter Array), implanté dans les Alpes françaises.

  • Sonde Bepi-Colombo : les défis d’un voyage vers Mercure

    Située à “seulement” 58 millions de kilomètres du Soleil, Mercure présente des difficultés particulières pour tout visiteur spatial. Didier Morançais (Airbus) détaille les défis techniques à relever pour amener la sonde Bepi-Colombo aux abords de la première planète.