C’est la saison des nuages étranges !

JL Dauvergne
En juin et juillet, les longs crépuscules d’été réservent souvent une surprise : l’apparition d’étonnants nuages luminescents dans un ciel déjà sombre. Ces formations spectaculaires semblent surtout survenir en période de minimum d’activité solaire, et chacun peut les observer.
Le 12 juin 2019, en fin de nuit, le ciel du nord de la France s’est paré d’incroyables nuages marbrés, d’un bleu électrique. Ils avaient déjà été repérés la nuit précédente. Il s’agit de nuages noctiluques (du latin, “qui brillent la nuit”). Ils sont caractéristiques des régions polaires et leur visibilité depuis la France reste exceptionnelle. L’occasion de les observer devrait pourtant se renouveler dans les jours qui viennent, car les conditions sont les plus favorables depuis près de dix ans !

Un maximum de chances début juillet Les nuages noctiluques se forment dans un environnement inattendu, à 83 km d’altitude en moyenne, dans la partie supérieure de l’atmosphère. Très ténus, ils sont quasi invisibles en plein jour. En revanche, ils deviennent...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Fin de parcours pour les fusées russes Proton

    La Russie va mettre fin à la production de ses lanceurs Proton, conçus dans les années 1960 et qui avaient notamment servi à satelliser les stations Saliout ainsi que les modules de la station Mir ou encore de l’ISS.

  • Découverte d’eau sur l’exoplanète K2-18b… mais pas d'eau liquide

    Pour la première fois, des chercheurs ont détecté de l’eau dans l’atmosphère d’une exoplanète située dans la zone habitable de son étoile. Mais attention, cette eau n’est probablement pas liquide. Et la planète en question, K2-18b, est loin d’être une jumelle de la Terre.

  • Les astronomes traquent la première comète interstellaire

    Alerte ! La première comète venue d’un autre système planétaire pourrait bien avoir été découverte. Dans l’attente de nouvelles nuits d’observation pour en préciser la trajectoire et confirmer qu’elle provient de l’extérieur du Système solaire, l’engouement pour l’objet baptisé provisoirement C/2019 Q4 est total.