Au ras de la comète Chury

Le 14 février 2015, la sonde européenne Rosetta a frôlé la comète Churyumov-Gerasimenko à seulement 6 km. Si on attend encore les photos prises à cette occasion par la caméra à haute résolution Osiris, celles de la caméra de navigation (moins précise) ont commencé à arriver.

Celle-ci en fait partie. Elle a été prise à 14 h 15 TU depuis une distance de 8,9 km. Elle couvre 1,35 sur 1,37 km de la région appelée Imhotep, située au sommet du plus gros des deux lobes de la comète. La résolution de l'image est d'environ 76 cm par pixel et permet de bien distinguer, en bas à gauche, des strates qui ressemblent à des dépôts sédimentaires (ce qu'elles ne sont vraisemblablement pas).

On voit également de nombreux rochers et des formations circulaires, en forme de "galettes", qui semblent avoir mieux résisté à l'érosion (ou au dégazage) que les terrains alentour. Enfin, au centre de l'étendue plate, ce qui semblait une faille serpente. On discerne en effet nettement qu'il s'agit d'un escarpement de quelques mètres.

Imhotep avait déjà été photographiée sous d'autres angles et avec un éclairage solaire différent. D'autres images prises, avant et après cet instant, sont visibles sur le blog de la sonde Rosetta.

Philippe Henarejos, le 16 février 2015

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Akatsuki change le visage de Vénus

    La sonde japonaise Akatsuki a obtenu des vues spectaculaires de la plus proche planète de la Terre qui renouvellent l’image de ce monde perpétuellement voilé par les nuages de son épaisse atmosphère.

  • La lunette qui a permis la découverte de Pluton retrouve tout son lustre

    L’instrument dormait depuis des années à l’observatoire Lowell, en Arizona. Après avoir été entièrement démontée, la lunette de 33 cm avec laquelle Clyde Tombaugh a découvert Pluton a retrouvé sa coupole.

  • Orion dans la ligne de mire des lasers du VLT

    Cette vue de la nébuleuse d’Orion est pour le moins inhabituelle. Elle a été réalisée depuis la plateforme du Very Large Telescope au Chili par Stéphane Guisard, ingénieur à l’Observatoire européen austral, mais aussi astronome amateur chevronné.