Amas des Pléiades : une énigme peut en cacher une autre

Les étoiles les plus brillantes de M45 seraient à l’avant-plan de l’amas. © G. Abramson
Depuis les années 1990, la distance de l’amas des Pléiades fait débat, car les données du satellite Hipparcos contredisent toutes les autres mesures. Son successeur Gaia met un point final à la controverse, mais soulève par la même occasion une nouvelle énigme : les étoiles visibles à l’œil nu de M45 semblent beaucoup trop proches.
Épisode 1 : Comment Hipparcos a semé le doute L’amas ouvert des Pléiades, M45, est un joyau du ciel boréal, bien visible sous la forme d’un groupe compact de sept à huit étoiles bleutées. Il referme en réalité des centaines d’autres étoiles perceptibles au télescope. L’objet est si célèbre et semble si proche que l’on a du mal à imaginer les difficultés rencontrées pour connaître son éloignement.

Pour estimer la distance d’un amas stellaire, les astronomes utilisent des méthodes directes ou indirectes. Par exemple, ils déterminent l’âge et la masse des étoiles en spectroscopie, pour en déduire leur luminosité absolue, et ainsi leur distance.

Mais la technique la plus précise sur les astres proches est celle de la parallaxe. Il s’agit de mesurer,
...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Alexei Leonov, premier piéton de l’espace, est mort

    Le 18 mars 1965, vêtu de son scaphandre, il avait été le premier humain à sortir de son vaisseau spatial pour flotter librement dans l’espace. Le Russe Alexei Leonov, qui avait aussi participé à la mission Apollo-Soyouz en 1975, est mort à l’âge de 85 ans.

  • Matière noire : donnez votre corps à la science !

    Vous n’avez pas encore été transpercé par une particule de matière noire macroscopique ? Si elle existe, c’est donc qu’elle fait plus de 50 kg ! Tel est le résultat d’une étude très sérieuse qui considère le corps humain comme… un détecteur de matière noire.

  • La sonde Juno sauve sa mission grâce à une manœuvre inédite

    Pour éviter l’ombre de Jupiter, Juno a dû allumer ses moteurs pendant plus de 10 heures afin de changer de trajectoire. Une manœuvre risquée mais réussie qui prolonge la mission autour de la planète géante.