À Marseille, l’expérience qui explore les origines de la vie

Quels ingrédients, quelles conditions ont été réunis jadis sur Terre pour l’apparition de la vie ? Pour percer ce secret, une équipe française tente une nouvelle recette pour la célèbre expérience de Miller, réalisée pour la première fois dans les années 1950.
Évidemment, le décor n’est pas le même. Mais au quatrième étage du campus universitaire Saint-Jérôme, au nord de Marseille, en ce jour pluvieux de novembre 2018, il y a un petit quelque chose de Retour vers le futur. Avec, dans le rôle d’Emmett Brown (alias Doc) : Louis d’Hendecourt. L’astrophysicien du laboratoire de Physique des interactions ioniques et moléculaires (PIIM) peaufine sa propre machine à remonter le temps. Pour voyager non pas 30 ans, mais 4 milliards d’années en arrière, à l’époque de la Terre primitive. Avec cet objectif ambitieux en tête : comprendre comment, avec l’aide des astéroïdes et des comètes, le vivant a surgi de l’inerte. 

« Attention, ça, c’est un genre de taser, prévient-il en se munissant d’un instrument oblong
...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • La jeune Jupiter a-t-elle été percutée par une grosse planète ?

    Un corps dix fois plus massif que la Terre serait entré en collision avec la géante du Système solaire quand elle était encore en train de se former. L’immense impact permettrait d’expliquer l’étrange structure interne de la planète, mesurée par la sonde Juno.

  • Les robots débarquent dans la station spatiale internationale

    Le prochain vaisseau Soyouz à décoller pour rejoindre la Station spatiale internationale (ISS) ne comptera aucun astronaute à bord, seulement le robot humanoïde russe Fedor. Plus tard cette année, il devrait être rejoint par Robonaut 2, de conception américaine, qui retrouvera l’espace après plusieurs mois au sol pour réparations.

  • Anneaux de Saturne : leur jeunesse supposée est-elle déjà caduque ?

    A-t-on conclu trop vite au jeune âge des anneaux de Saturne ? Depuis 2017, le lot de mesures livré par la sonde Cassini dans ses derniers instants donne du grain à moudre aux astronomes. Mûrement réfléchi, le modèle le plus robuste pourrait finalement être celui d’anneaux anciens. Enquête.