5 paires de jumelles astro de grand diamètre au banc d’essai

Les jumelles de plus de 50 mm sont presque exclusivement dédiés à l’astronomie. Grimper en diamètre est utile pour voir des cibles plus petites et plus faibles, mais encore faut-il que la qualité suive. Nous avons testé cinq modèles entre 63 et 80 mm des marques Bresser, Celestron, Omegon et Steiner.

Une paire de jumelles se définit par le diamètre de ses objectifs et son grossissement  — par exemple, des jumelles 10x50 ont des objectifs de 50 mm et grossissent 10 fois. Pour l’astronomie, le rapport entre diamètre et grossissement doit être autour de 5. Cette valeur — appelée « pupille de sortie » — est à respecter pour avoir une image aussi lumineuse que possible. On comprend ainsi aisément que pour augmenter le grossissement en conservant ce rapport idéal de 5, il faut aussi grimper en diamètre.

Toutes les marques proposent des jumelles de 42 mm. Mais à mesure que l’on monte en diamètre, le marché se resserre. Les paires de 50 mm ne sont pas disponibles dans toutes les gammes, ni même chez tous les fabricants. En montant encore en diamètre, on arrive dans le domaine des produits spécialisés. Les 8x56 mm, par exemple, sont appréciées des chasseurs pour leur haute performance au crépuscule.

Passé ce diamètre, on arrive dans le domaine des produits vraiment orientés vers l’astronomie. Il s’agit de jumelles assez lourdes, à utiliser de préférence sur un trépied.

Qu’apporte vraiment le diamètre ?

Des jumelles de 70 mm collectent 2 fois plus de lumière qu’une paire de 50 mm. Cette montée en diamètre permet d’admirer une plus grande diversité d’objets en raison de ce gain de luminosité, mais aussi en raison d’un grossissement plus élevé.

Des jumelles de type 10x50 ou 7x50, conviennent pour contempler de larges pans de la Voie lactée. Elles permettent d’apprécier le poudroiement d’étoiles sur lequel se dessinent des astres diffus correspondant à des nébuleuses ou des amas d’étoiles. Mais ce grossissement reste encore assez faible pour révéler des détails sur ces objets du ciel profond ou pour résoudre en étoiles les amas stellaires. Pour cela, il est intéressant de grimper vers des grossissements de 15 ou 20 fois, accessibles aux jumelles de 70 à 80 mm.

Cinq paires testées pendant les Rencontres du ciel et de l’espace

À l’occasion des Rencontres du ciel et de l’espace 2018, nous avons testé quelques modèles de jumelles dédiées à l’astronomie parmi celles disponibles sur les stands des importateurs et des revendeurs : la Bresser Condor 9x63, l’Omegon Argus 16x70, la Celestron Sky Master 20x80, la Steiner Observer 20x80 et enfin l’Omegon Argus 20x80. Nous les avons testées sur banc optique en suivant la procédure mise en place pour nos tests de jumelles parus dans le numéro spécial matériel n°2, ou encore pour le livre « Observer avec des jumelles », édité par Belin en 2016.

Bresser Condor 9x63

Bresser propose un produit très original avec ses Condor 9x63. Les jumelles grossissant 9 fois sont rares, celles de 63 mm encore plus. Ces caractéristiques en font un produit atypique. La pupille de sortie est de 7 mm. C’est la taille de la pupille chez quelqu’un de moins de 40 ans. Cette paire de jumelles est donc surtout adaptée pour les jeunes.

Le gros atout des Condor 9x63 est leur faible poids : 1,44 kg. Même si l’observateur risque de se fatiguer à la longue, l’utilisation à main levée reste possible, et c’est encore l’option la plus simple lorsqu’il s’agit de regarder autour du zénith.   

Sur banc optique, ces jumelles obtiennent tout juste la moyenne. Cette performance doit être rapprochée du prix de vente particulièrement bas pour des jumelles dotées de prismes droits (Schmidt-Pechan) : moins de 300€.

Les images manquent de piqué. C’est toujours le risque sur les jumelles dotées de ce prisme difficile à maîtriser en entrée de gamme. On note par ailleurs que la transmission de lumière est de 72% dans le vert. La quantité de lumière collectée est du coup proche de celle d’une paire de jumelles de 56 mm plus haut de gamme (environ 90% de transmission).

Pour finir, il faut souligner que cette paire de jumelles ne conviendra pas aux enfants ni même à certains adultes. S’il y a peu d’offre de jumelles droites de plus de 56 mm ce n’est pas sans raison : le diamètre des objectifs contraint l’écartement minimum possible entre les deux yeux : 56 mm est la limite acceptable pour avoir un produit capable d’être utilisé par la quasi-totalité des adultes.

  • Jumelles Bresser Condor 9x63
  • Prix : 295€
  • Ergonomie : 4/5
  • Qualité de fabrication 3/5
  • Champ 93 m à 1000 m : 1/5
  • Neutralité des couleurs : 2/5
  • Qualité d’image au centre : 2/5
  • Qualité au bord : 1/5
  • Chromatisme : 3/5
  • Transmission = 72% : 2/5
  • Note : 20/40

 

Celestron Skymaster 20x80

Vendues à seulement 180€, les Celestron 20x80 ont de quoi séduire. Le prix bas s’explique en partie par l’emploi du prisme de Porro, bien plus simple de conception que le prisme de Schmidt-Pechan que l’on trouve dans les jumelles droites. Cette formule optique est aussi efficace, mais les jumelles sont forcément plus encombrantes. Quoi qu’il en soit, le diamètre des objectifs des Skymaster 20x80 n’est pas compatible avec un prisme droit.

Sur banc optique, la note globale obtenue de 22/40 est très honorable pour le prix. Néanmoins, un des paramètres essentiels pour des jumelles astro est la transmission de lumière ; elle n’est ici que de 70%. C’est vraiment beaucoup plus bas que la moyenne. La transmission est légèrement meilleure dans le rouge et moins bonne dans le bleu. Il en résulte d’une dominante jaune comme le montre notre test de neutralité des couleurs.

Les Skymaster 20x80 affichent 2,126 kg sur la balance ; le trépied est donc indispensable. Le grossissement de 20x impose lui aussi l’emploi d’un trépied. D’origine, le produit est doté d’une barre centrale avec un support pour trépied, ce qui simplifie la fixation, c’est un bon point.

Sur un produit aussi bon marché, il ne faut pas trop exiger de la mécanique. Ici, les réglages peuvent facilement bouger. Il y a du jeu au niveau des oculaires. La finition et la qualité de fabrication globale sont, elles aussi, un peu justes, mais encore une fois cohérentes avec le tarif.

Au final, le produit s’en sort honorablement par rapport à son prix. Mais pour ceux qui ont la possibilité, il est intéressant de monter en gamme.

  • Jumelles Celestron Skymaster 20x80
  • Prix : 179€
  • Ergonomie : 3/5
  • Qualité de fabrication 2/5
  • Champ 65 m à 1000 m : 5/5
  • Neutralité des couleurs : 2/5
  • Qualité d’image au centre : 2/5
  • Qualité au bord : 3/5
  • Chromatisme : 2/5
  • Transmission = 70% : 2/5
  • Note : 22/40

 

Steiner Observer 20x80

Steiner n’est pas forcément une marque connue des astronomes amateurs. Et pour cause, elle fait partie du groupe Beretta. Les produits de la marque sont donc principalement présents chez les armuriers et se destinent essentiellement à la chasse. Steiner fabrique aussi de nombreux produits à destination des militaires, et c’est le cas de ces jumelles conçues pour les aéroports et la surveillance des frontières, selon le fabricant. Quoi qu’il en soit, le produit peut être pointé vers les étoiles.

L’utilisateur peut compter sur une bonne tenue dans le temps, avec un gainage antichoc, des prismes maintenus dans des supports en silicone souple pour absorber les chocs. Il faut souligner aussi la bonne étanchéité : la paire est remplie d’azote pressurisé à 14 fois la pression atmosphérique.

Sur banc optique, la prestation est assez homogène avec une transmission de lumière de 85% dans le vert. C’est un bon résultat. La qualité d’image est tout à fait satisfaisante sauf en bord de champ. On apprécie aussi la présence d’un axe central permettant de fixer un support pour trépied.

Finalement, le seul défaut des Observer 20x80 est leur prix un peu élevé : 999€. Ce tarif s’explique probablement par le fait que le produit est étanche même à l’immersion ; c’est une contrainte forte sur la fabrication. Mais pour un usage en astronomie, l’étanchéité n’est pas primordiale e priori : s’il pleut, on n’observe pas. Il est donc plus intéressant d’opter pour des modèles concurrents plus abordables comme on va le voir ensuite. À moins de chercher un produit destiné à beaucoup bouger et qui doit se montrer robuste.

  • Jumelles Steiner Observer 20x80
  • Prix : 999€
  • Ergonomie : 4/5
  • Qualité de fabrication : 3/5
  • Champ 53 m à 1000 m : 3/5
  • Neutralité des couleurs : 4/5
  • Qualité d’image au centre : 4/5
  • Qualité au bord : 2/5
  • Chromatisme : 3/5
  • Transmission = 85% : 4/5
  • Note : 27/40

 

Omegon Argus 16x70

Chez Omegon, la gamme Argus fait penser aux Fujinon FTM, une référence parmi les jumelles dotées de prisme de Porro. En fait, les modèles de la marque nipponne inspirent depuis de nombreuses années des modèles semblables fabriqués en Chine, et c’est le cas de ces Omegon Argus. Mais l’habillage peut être trompeur, quid de la qualité optique ?

Nous avons été surpris de constater sur banc optique que la qualité d’image en bord de champ reste assez bonne et en tout cas nettement supérieure à la moyenne. Il semble donc que, comme les Fujinon, ces jumelles embarquent un correcteur pour optimiser les images en bord de champ.

C’est peut-être aussi ce qui explique le poids élevé de 2,4 kg, à comparer au poids quasi identique du modèle 20x80 dans la même gamme : 2,55 kg. Cette qualité d’image est une excellente surprise. La transmission de lumière mesurée à 84% est honorable sans atteindre les standards haut de gamme (90% et plus). Pour fixer les Argus 16x70 sur un trépied, il faut ajouter un adaptateur optionnel, qui se monte sur l’axe central. Enfin, notez qu’elles sont actuellement vendu au tarif promotionnel de 449€, très attractif.

  • Jumelles Omegon Argus 16x70
  • Prix 549€
  • Ergonomie : 3/5
  • Qualité de fabrication 4/5
  • Champ 72m à 1000 m : 5/5
  • Neutralité des couleurs : 3/5
  • Qualité d’image au centre : 5/5
  • Qualité au bord : 5/5
  • Chromatisme : 2/5
  • Transmission = 84% : 3/5
  • Note : 30/40

 

Omegon Argus 20x80

Dans la gamme Argus d’Omegon, les 20x80 n’est pas tout à fait semblable mécaniquement aux 16x70. En revanche sur banc optique, on note que la qualité d’image en bord de champ est notablement moins bonne. C’est la seule fausse note. Pour le reste, le produit est très homogène sur tous les points évalués.

Il faut souligner que la transmission de lumière est très bonne puisqu’elle grimpe à 87% dans le vert : c’est le meilleur résultat obtenu dans cette sélection de produits. La neutralité des couleurs n’est néanmoins pas tout à fait aussi bonne que sur les 16x70. On notre une dominante jaune, mais elle reste dans la moyenne acceptable.

Le montage sur trépied se fait en dévissant le cache situé sur l’axe central mais nécessite un adaptateur optionnel. Ce type d’adaptation tend à manquer de rigidité pour des jumelles aussi lourdes. Défaut que l’on retrouve aussi sur les Argus 16x70. Une adaptation avec support et sangle peut être préférable. Signalons par exemple le modèle Berlenbach.

  • Jumelles Omegon Argus 20x80
  • Prix : 649€
  • Ergonomie : 4/5
  • Qualité de fabrication : 4/5
  • Champ 58mà 1000 m : 5/5
  • Neutralité des couleurs : 3/5
  • Qualité d’image au centre : 4/5
  • Qualité au bord : 2/5
  • Chromatisme : 3/5
  • Transmission = 87% : 4/5
  • Note : 29/40

Nos conclusions

Sur la base des produits testés ici, il ressort que la qualité des jumelles est globalement proportionnelle au prix (exception faite des Steiner, dont le prix élevé s’explique par leur étanchéité). Ce constat va dans le sens d’autres tests effectués sur d’autres gammes de jumelles de plus petit diamètre.

Dans cette famille de jumelles, le plus gros point faible est d’avoir une visée droite. L’emploi d’un trépied photo est indispensable, mais il ne permet pas d’observer au zénith. Et même en visant haut sans monter jusqu’au zénith, une élévation importante dans le ciel est synonyme de posture inconfortable pour l’observateur.

Pour palier ce problème, il existe quelques solutions. Omegon, par exemple, propose pour 99€ un support incliné monté sur une barre au bout de laquelle est fixée un contrepoids. Les jumelles peuvent ainsi être éloignées du trépied et viser le zénith. La marque Orion a développé un trépied dédié aux jumelles avec un imposant système pendulaire permettant d’adapter la hauteur des oculaires à la cible et à l’observateur. Comptez 530€.

Cependant, la solution la plus simple est d’opter pour des jumelles dotées de systèmes coudés (à 45 ou à 90°), mais ces produits sont en moyenne notablement plus coûteux.

 

Le nouveau Ciel & Espace vient de paraître, avec son Calendrier astro 2019 !

Disponble en kiosque ou sur notre boutique web

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous