100 milliards de tonnes d’eau sous les pôles de Mercure

Vue du pôle Nord de Mercure à laquelle est superposée une carte (incomplète) des régions perpétuellement à l'ombre (en rouge) et une autre des dépôts brillants en radio (jaune). Crédit: NASA/Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Ca

Les mesures de la sonde Messenger, sur orbite autour de Mercure, ne laissent plus guère de doute : la planète la plus proche du Soleil recèle de la glace d'eau en grande quantité.

Une couche d'eau pure

« Les dépôts brillants vus au pôle Nord de Mercure contiennent une couche riche en hydrogène, de plusieurs dizaines de centimètres. Cela doit être de l'eau pure », précisent le chercheur américain David J. Lawrence et ses collègues, dans l'article paru dans Science Express.

Dès 1992, des images obtenues avec le radiotélescope d'Arecibo (Porto Rico) avaient suggéré la présence d'eau près des pôles de Mercure, vue comme un dépôt réfléchissant les ondes radar.

Plus récemment, les planétologues de la mission Messenger avaient réalisé que les zones brillantes en radar correspondaient aux flancs perpétuellement à l'ombre des cratères polaires de la planète.

L'héritage des comètes

Les mesures de l'altimètre laser de la sonde montrent que les zones les plus brillantes en radio sont aussi les plus sombres dans le domaine infrarouge. Autrement dit, la couche de glace doit être enfouie, « à environ 10 cm de profondeur », sous un matériau sombre qui pourrait être enrichi en hydrocarbures.

La couche de glace fait « au moins plusieurs dizaines de centimètres » selon les données radar. Si son épaisseur est de 50 cm à 20m, il y a entre 20 milliards et 1400 milliards de tonnes d'eau sous les pôles de Mercure, estiment les auteurs de l'étude.

Cette masse d'eau, enfouie il y a 18 à 53 millions d'années, résulterait d'une accumulation liée à l'impact de comètes et d'astéroïdes primitifs pendant plus de trois milliards d'années.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • A observer : Callisto joue avec l’ombre de Jupiter le 30 septembre

    C’est une éclipse partielle d’un type extrêmement rare que les amateurs peuvent tenter de suivre le vendredi 30 septembre au matin : le satellite Callisto vient flirter avec l’ombre de Jupiter. Le phénomène est si rare que les logiciels en perdent leur latin ! Pour en avoir le cœur net, nous vous invitons à l’observer.

  • La sonde DART a percuté l’astéroïde Dimorphos

    Les images sont spectaculaires. Et elles ont été diffusées en direct : la sonde américaine DART s’est approchée de sa cible à 23000 km/h en prenant des photos de plus en plus rapprochées. Jusqu’à l’impact, provoqué pour mesurer la déviation qu’il est possible d’induire sur un astéroïde.

  • Philippe Baptiste, président du Cnes : « Il faut réguler les activités sur la Lune »

    S’accorder sur l’exploration de la Lune, collaborer avec d’autres agences spatiales que sont les États-Unis ou la Chine, mais aussi développer des programmes qui nous sont propres : le président du Cnes détaille la voie de l’agence spatiale française.