Les Terres habitables, en kiosque tout l'été

Le nouveau hors-série de Ciel & Espace, disponible en kiosque jusqu'à l'automne, explore le monde fascinant des planètes extrasolaires habitables.

« Le silence éternel de ces espaces infinis est beaucoup plus effrayant que Pascal ne le pensait ! » note Hubert Reeves en ouverture de notre numéro consacré aux Terres habitables. En effet, la question de la vie extraterrestre se pose désormais différemment. Il ne s'agit plus de savoir s'il existe des planètes autour d'autres étoiles, comme on pouvait encore en douter au XVIIe siècle. Les astrophysiciens n'ont plus guère de doute non plus sur le fait que beaucoup soient « habitables » – au sens où elles possèdent de l'eau liquide à leur surface. Pourtant, nous faisons toujours face au même silence cosmique. Pourquoi cette absence apparente d'autres formes de vie dans l'univers ?

La recherche des planètes habitables

Nous tentons de répondre à cette question en présentant d'abord les méthodes et les résultats incroyables de la chasse aux exoplanètes. Près de 4000 ont été découvertes à ce jour. Parmi elles, quelques dizaines comme Proxima b ou les planètes de Trappist-1 circulent à une distance idéale de leur étoile pour qu'on imagine qu'elles puissent abriter de l'eau liquide. Est-ce suffisant pour en faire des planètes habitables, où pourrait apparaître et s'épanouir la vie ? Tient-on enfin la réponse à notre interrogation plusieurs fois millénaires sur la pluralité des mondes habités ?

 

 

Notre Terre qui êtes au cieux

Pour le savoir, il est nécessaire de se pencher sur notre propre planète. Seul astre connu possédant avec certitude de l'eau à sa surface, elle est surtout le seul corps céleste abritant la vie. Son histoire complexe nous enseigne que le lien entre ces deux propriétés n'est pas évident... Plus troublant : il n'est pas certains que, placés à la distance de la plus proche étoile, des astronomes pointant leurs télescopes vers la Terre comprendraient qu'elle est habitée. Le silence des espaces infinis pourrait n'être que le reflet de notre surdité...

 

Terre 2.0

La troisième partie de notre hors-série aborde de front le sens des recherches en cours. Que voulons-nous découvrir au juste ? Une jumelle de la Terre – petite planète rocheuse en orbite autour d'une réplique du Soleil, où couleraient des rivières, croîtraient des plantes, évolueraient des animaux ? Ou plus simplement une autre planète hébergeant la vie ? Si notre objectif est vraiment la découverte de la vie ailleurs, alors il n'est pas certain qu'il faille se focaliser sur la quête d'une autre Terre, explique l'astrophysicien Franck Selsis. Il y a sans doute des planètes plus facilement détectables et tout aussi prometteuses. Par ailleurs, aussi étonnant que cela puisse paraître, notre planète n'offre peut-être pas les conditions optimales pour l'apparition et le développement de la vie. Surtout, elle pourrait prendre des formes beaucoup plus étranges qu'on ne l'imagine...

 

Terres habitables, des mondes inattendus, en kiosques jusqu'au 15 septembre

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Ce que révèle le “coup de booster” d’Oumuamua

    Oumuamua, le premier astre venu d’un autre système stellaire, serait en fait une comète, et non un astéroïde. Ce récent résultat implique que les jeunes systèmes planétaires en formation éjectent des milliards de comètes, et que des milliers d’entre elles nous rendent visite en permanence.

  • Rejoignez-nous au festival de Fleurance !

    Du 4 au 10 août 2018, le monde de l'astronomie se donne rendez-vous à Fleurance (Gers) pour un festival qui promet bien des surprises ! Nous y serons, avec la remise du Prix Ciel & Espace du livre d'astronomie le 5 août.

  • Le temple de Göbekli Tepe, inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco

    Sept mille ans avant les pyramides, le temple de Göbekli Tepe avait-il une vocation astronomique ? Son ancienneté et sa complexité posent autant de questions sur les débuts du Néolithique que sur nos préjugés... L’Unesco vient d’inscrire le site turc à sa liste du Patrimoine mondial.