Disparition d’un pionnier de l’exploration spatiale, John Young

John Young (Apollo 16) salue le drapeau en bondissant. © Nasa
L’astronaute américain John Young est mort le 5 janvier 2018 à l’âge de 87 ans. Il était l’un des douze hommes à avoir marché sur la Lune. Et aussi le premier à avoir piloté une navette spatiale.

« Aujourd’hui, la Nasa et le monde ont perdu un pionnier. » Par ces mots, Robert Lightfoot, administrateur de l’agence spatiale américaine, a annoncé la disparition de John Young et ne pouvait mieux décrire cet astronaute exceptionnel. Moins connu que Neil Armstrong ou Buzz Aldrin, ce pilote d’essai de l’US Navy a été sélectionné par la Nasa en 1962 pour sa deuxième promotion d’astronautes de son histoire.

Dès mars 1965, il commence à écrire sa légende de pionnier : en compagnie de Gus Grissom (mort en janvier 1967 dans l’incendie de la capsule Apollo 1), il embarque dans Gemini 3, la première capsule à deux places à être lancée dans l’espace avec un équipage. Il reprend le chemin de l’orbite terrestre en 1966, avec Michael Collins, à bord de Gemini 10, une mission au cours de laquelle Collins effectue deux sorties dans l’espace.

John Young peu avant son premier vol spatial sur Gemini 3, en 1965. © Nasa.

Héros du programme Apollo

En avril 1969, John Young prend place au sommet de la quatrième fusée géante Saturne 5 pour aller autour de la Lune. Il est le pilote du module de commande d’Apollo 10 surnommé Charlie Brown. La mission est commandée par Tom Stafford qui, en compagnie d’Eugene Cernan (disparu il y a un peu plus d’un an), va s’approcher à seulement 15 km de la surface de la Lune à bord du module lunaire appelé Snoopy. Cette mission aura ouvert la voie à la mission Apollo 11, qui permettra à Neil Armstrong de devenir le premier astronaute à marcher sur la Lune.

Nommé commandant de la mission Apollo 16, John Young devient le 21 avril 1972 le neuvième homme à marcher sur la Lune. Avec Charlie Duke, il explore les hautes terres proches du cratère Descartes qui, à l’époque, étaient prises pour une province volcanique de la Lune. En fait, les deux hommes trouvent des roches issues d’impacts météoritiques et des fragments de la croûte originelle de la Lune, ce qui invalide la théorie de la région volcanique et apporte une meilleure compréhension de l’histoire géologique de la Lune.

John Young sur la Lune, près du rover, au cours de la mission Apollo 16. © Nasa.

À la fin de la première excursion, Charlie Duke filme John Young en train de piloter le premier véhicule déployé à la surface de la Lune. Ces images, tournées en caméra 16 mm, sont les seules qui montrent la “jeep” lunaire rouler en bondissant par-dessus les cratères et en soulevant un nuage de poussière.

Image extraite du film tourné par Charlie Duke, sur lequel John Young fait une démonstration avec le rover. © Nasa.

John Young est l’un des trois hommes, avec Eugen Cernan et Jim Lovell, à avoir effectué deux fois la traversée entre la Terre et la Lune.

Premier pilote d’une navette spatiale

Après ces deux voyages vers la Lune (Apollo 10 et 16), John Young ne raccroche pas. Il devient directeur des astronautes en 1973 et s’implique dans le nouveau grand programme de la Nasa : la navette spatiale. Le 21 avril 1981, vingt ans jour pour jour après le vol de Gagarine, il réalise un vol d’essai dans la première navette américaine, Columbia, en compagnie de Robert Crippen. C’est alors la première fois que la Nasa lance un nouveau vaisseau sans l’avoir testé à vide auparavant. La mission de deux jours, très risquée, se déroule sans problème.

En 1981, John Young (à gauche) devient avec Robert Crippen le premier pilote d'un tout nouveau vaisseau  : la navette spatiale. © Nasa.

En novembre 1983, à l’âge de 53 ans, John Young commande la mission STS 9, au cours de laquelle Columbia emporte dans sa soute le laboratoire Spacelab. Ce sera son sixième et dernier vol spatial.

Un astronaute hors pair

John Young a cumulé et cumule encore plusieurs records. Il est l’astronaute qui a volé sur le plus de vaisseaux différents (4) : la capsule Gemini, le module de commande Apollo, le module lunaire Apollo et la navette. Il reste l’un de ceux qui comptent le plus de vols spatiaux à son actif (6), seulement dépassé par une poignée d’astronautes qui sont allés sept fois dans l’espace. Des six commandants d’Apollo qui se sont posés sur la Lune, il est celui qui a réussi le meilleur atterrissage : son module lunaire Orion est quasiment de niveau, les autres étant sensiblement plus inclinés — dans son autobiographie Forever Young, l’astronaute écrira à ce sujet : « Je déteste l’admettre, mais ce fut essentiellement de la chance, parce que je ne pouvais pas réellement très bien juger de la pente. » Mais cela a failli aussi être le pire atterrissage car la patte arrière du vaisseau ne se trouvait qu’à 3 m d’un cratère très abrupt.

Avec 835 heures passées dans l’espace (dont 71 à la surface de la Lune), il a détenu le record de durée cumulée dans l’espace. Sur la Lune, il reste celui qui a gravi le plus grand dénivelé avec 175 m, sur les pentes du massif Stone Mountain, à l’aide du rover.

John Young avait pris sa retraite de la Nasa en décembre 2004, à l’âge de 74 ans. Très discret, réputé pour ne parler que si cela était vraiment nécessaire, il est mort à l’âge de 87 ans des complications liées à une pneumonie. Des douze hommes ayant marché sur la Lune, ne restent plus que Buzz Aldrin (Apollo 11), Alan Bean (Apollo 12), David Scott (Apollo 15), Charlie Duke (Apollo 16) et Harrison Schmitt (Apollo 17).

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Ralph Nye, sauveur de lunettes historiques au Lowell Observatory

    L’observatoire Lowell, en Arizona, possède plusieurs télescopes qui ont marqué l’histoire de l’astronomie : la lunette avec laquelle Lowell cherchait des canaux sur Mars, celle qui a permis de débusquer Pluton… Mais, avec le temps, ces instruments et d’autres étaient menacés de disparition. Ralph Nye, au Lowell Observatory, s’est passionné pour leur restauration. Objectif : leur faire revoir les étoiles !

  • Des falaises glacées sur la planète Mars

    La sonde Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) a observé de la glace sur Mars en huit endroits, sous forme de couches superposées à quelques mètres seulement sous la surface de la planète rouge.

  • L’étoile Bételgeuse tourne en 30 ans

    Les observations du réseau d’antennes millimétriques ALMA ont permis de calculer à quelle vitesse la supergéante rouge Bételgeuse boucle un tour sur elle-même.