Uranus cache deux de ses satellites

Les anneaux d'Uranus photographiés par Voyager 2. Crédit : NASA.
L’existence de deux satellites autour de la septième planète est confirmée par une nouvelle étude des données de la sonde américaine Voyager 2, obtenues en janvier 1986.

En réexaminant les mesures de Voyager 2, deux chercheurs de l’université de l’Idaho viennent de montrer qu’Uranus possède deux satellites jusqu’ici inconnus. Ils ont utilisé les données de l’instrument Radio Science Subsystem (RSS) de la sonde.

En janvier 1986, observé depuis la Terre, le signal de RSS a été occulté de manière répétée lors du passage de Voyager 2 derrière les anneaux. L’instrument révèle ainsi des ondulations d’amplitude variable le long de deux des treize anneaux d’Uranus — les mêmes ondulations que l’on observe autour de Saturne lorsqu’un satellite flirte avec l’un de ses colliers de poussière. Le phénomène est dû ici à la présence de deux petits astres, dont la taille est estimée entre 4 et 14 km de diamètre.

Des anneaux très riches

Détectés par une occultation d’étoile en 1977, les anneaux d’Uranus s’avèrent d’une grande richesse. Ils constituent le système le plus complexe du Système solaire, après ceux de Saturne. Certains d’entre eux ne font que quelques kilomètres de large, c’est le cas des anneaux α et β étudiés ici.

Leur finesse indique qu’ils sont sous l’influence gravitationnelle de satellites “bergers” entre lesquels ils sont confinés. Jusqu’ici, ces satellites n’ont jamais été observés directement. Mais ils existent bien : l’instrument RSS nous le confirme !

Trop sombres pour les télescopes actuels

À partir de ses données, les chercheurs déduisent la présence d’un corps à 77 km à l’extérieur de l’anneau β, et d’un autre à 106 km à l’extérieur de l’anneau α. Leur petite taille explique pourquoi ils sont hors de portée des télescopes actuels et noyés dans le bruit des images de Voyager 2.

Les astronomes s’attendent en effet à ce que ces deux astres aient une surface peu réfléchissante, car les anneaux d’Uranus sont eux-mêmes très sombres. Leur surface est couverte d’éléments organiques noircis par le rayonnement de la magnétosphère d’Uranus.

Pour voir ces deux satellites, il faudra attendre au mieux la mise en service du James Webb Space Telescope en 2018.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Découverte : Deux cataclysmes stellaires ont ensemencé le futur Soleil et ses planètes

    Comment sont apparus l’or, le platine, l’uranium et autres éléments chimiques si précieux sur notre planète ? Deux études récentes précisent leur origine. Deux types d’épisodes violents survenant en fin de vie des étoiles sont notamment le creuset de ces éléments lourds : les novae et la fusion d’étoiles à neutrons.

  • C’est la saison des nuages étranges !

    En juin et juillet, les longs crépuscules d’été réservent souvent une surprise : l’apparition d’étonnants nuages luminescents dans un ciel déjà sombre. Ces formations spectaculaires semblent surtout survenir en période de minimum d’activité solaire, et chacun peut les observer.

  • Enquête : Investir dans la météorite est-il un bon filon ?

    Encore récent, le marché de la météorite se développe rapidement. Acheter un caillou venu de l’espace peut être financièrement intéressant à condition de savoir bien le choisir, d’y mettre les moyens, d’être patient. Et de pousser la porte d’un tout petit monde aux règles bien établies.