Une pluie d’étoiles filantes est annoncée pour vendredi 22 novembre avant l’aube

Etoiles filantes. © JL Dauvergne
Vendredi prochain, en fin de nuit, habillez-vous chaudement et sortez regarder le ciel ! Autour de 5h50, une pluie d’étoiles filantes est annoncée par deux spécialistes. Elle est liée à l’essaim irrégulier des Alpha Monocérotides. Son intensité reste la grande inconnue, mais un taux de plus de 1000 météores par heure est possible.

Connaissez-vous les étoiles filantes des Alpha Monocérotides ? Sans doute pas, il s’agit d’un essaim irrégulier, et généralement pauvre, beaucoup moins célèbre que les fameuses Perséides du mois d’août. Toutefois, ce vendredi 22 novembre 2019 au matin, il pourrait bien connaître un gros sursaut d’activité, avec plusieurs centaines de météores par heure autour de 5 h 50 (heure de métropole). C’est ce que prévoient deux grands spécialistes du domaine, Peter Jenniskens et Esko Lyytinen.

De 100 à 1000 météores par heure

Prévoir les pics d’étoiles filantes n’est pas une science exacte. Certes, les outils actuels permettent d’être relativement précis sur l’horaire du maximum. Par contre, leur taux horaire reste difficile à estimer car il y a une incertitude sur la position du nuage de poussières par rapport à l’orbite de la Terre.

Dans le cas des Alpha Monocérotides cette année, on sait également que le pic d’activité est resserré. Il devrait durer 15 minutes, et peut être moins pour la période la plus intense. La durée totale de l’activité ne dépassera pas 40 minutes. Quant au taux horaire, tout est possible : de 100 à 1000 météores par heure, et peut-être plus encore. Une promesse qui convaincra tous les amateurs de beaux spectacles célestes de se lever tôt vendredi prochain !

Des météores très rapides

Le radiant des Alpha Monocérotides — c’est-à-dire la zone du ciel d’où les étoiles filantes semble surgir — est bien situé en fin de nuit. Il se trouve vers le sud-ouest entre les constellations du Petit Chien et la Licorne (en latin, Monoceros), juste sous l’étoile Procyon. Les météores peuvent être vus partout dans le ciel, mais leur trajectoire se recoupe toute en un point, ce fameux radiant. La Lune sera présente dans le ciel, mais elle est en croissant, donc peu gênante. Notez enfin que les Alpha Monocérotides sont très rapides : elles filent à 65 km/s (234 000 km/h).

Le 22 novembre, vers 5 h 50, les étoiles filantes sembleront venir du sud-ouest. Leur radiant se trouve sous Procyon. © Stellarium

Des précédents historiques

Par le passé, cet essaim a déjà produit quatre sursauts connus, en 1925, 1935, 1985 et 1995. Les trois premiers n’avaient pas été prévus, mais celui de 1995 avait été anticipé bien en avance et a permis des observations détaillées. Les pics de 1925 et de 1935 ont atteint le niveau de 1000 météores par heure — dans ce cas on parle de pluie d’étoiles filantes. En 1985 et en 1995, l’activité était plutôt qualifiée de sursaut, avec respectivement 700 et 400 météores par heure.

Rappelons que l’observation des étoiles filantes ne nécessite aucun instrument. L’œil nu suffit. C'est donc l’un des spectacles astronomiques les plus faciles à observer. Faites un vœu pour que vendredi, ce soit même du grand spectacle !

 

Disponible sur notre boutique web ou en kiosque

le magazine Ciel & espace n°568, de décembre 2019-janvier 2020

Avec son Calendrier astro 2020

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Podcast : De l'inerte au vivant, une transition mystérieuse

    La Terre reste la seule planète connue à ce jour où la vie est apparue, il y a environ 4 milliards d'années. Comment la chimie a créé la vie, sur une planète alors bien différente d'aujourd'hui ? Pour notre deuxième épisode de la série "L’origine de la vie", nous recevons les chimistes Juan Fontecilla et Yannick Vallée.

  • Podcast : Aux origines de la vie, l'héritage des étoiles

    Comment les molécules de base du vivant ont-elles été incorporées à notre planète ? Et d’où venaient-elles ? Avec les astrophysiciens Cecilia Ceccarelli et Pierre Beck, premier épisode de notre série de dix podcasts consacrée à l’origine de la vie...

  • Archive Podcast : Comment se débarrasser des débris spatiaux ?

    Le 10 février 2009, les satellites de télécommunication Iridium-33 et Kosmos-2251 entraient en collision à plus de 40 000 km/h à 800 km au-dessus de la Sibérie. Une première. En septembre 2010, nous recevions l'expert au Cnes de la question des débris spatiaux, Christophe Bonnal. Les solutions qu'il présentait alors pour enrayer le problème restent d'actualité.