Une galaxie naine pour les sursauts radio rapides

Crédit : Gemini Obs/AURA/NSF/NRC
L'un des mystérieux sursauts radio brefs détectés depuis 2007 a été localisé grâce au télescope Gemini North.

La source de l’un des brefs sursauts radio qui mettent la communauté scientifique en échec depuis 10 ans (lire C&E n°533 p. 50) a récemment été localisée dans une galaxie naine distante de 3 milliards d’années-lumière. C’est en combinant les données radios très précises du réseau de radiotélescopes VLA du Nouveau-Mexique et des images du télescope de 8 m Gemini North, à Hawaï, que les chercheurs ont identifié la galaxie hôte.

Bien que l’origine des signaux reste encore inconnue, la localisation est une première étape vers la compréhension de ce phénomène. Début 2016 déjà, l’un de ces sursauts avait été localisé dans une galaxie elliptique située à 6 milliards d’années-lumière, mais ce résultat restait sujet à caution.

Trois hypothèses sont en concurrence pour expliquer ces événements : fusion d’étoiles à neutrons, magnétars ou galaxies actives.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Le chasseur d'exoplanètes TESS lancé avec succès

    Le successeur du télescope spatial Kepler a été lancé ce 19 avril 2018, à 0 h 51 heure française, par une fusée Falcon 9 de la compagnie Space X. Sa chasse aux exoplanètes proches devrait durer au moins deux ans.

  • Podcast : Des Terres qui basculent !

    Les formations géologiques à la surface des exoplanètes synchrones se déplacent en permanence ! Cet étrange effet, prédit par le planétologue Jérémy Leconte, pourrait avoir des conséquences sur l'habitabilité de certains mondes récemment découverts. Interview.

  • La sonde TGO à pied d’œuvre autour de Mars

    Le vaisseau de l’Agence spatiale européenne Trace Gas Orbiter (TGO) est sur le point d’entamer sa mission : détecter et analyser les gaz présents en faible proportion dans l’atmosphère martienne. Il est arrivé sur son orbite finale, à environ 400 km de la surface de Mars en février 2018.