Une galaxie naine pour les sursauts radio rapides

Crédit : Gemini Obs/AURA/NSF/NRC
L'un des mystérieux sursauts radio brefs détectés depuis 2007 a été localisé grâce au télescope Gemini North.

La source de l’un des brefs sursauts radio qui mettent la communauté scientifique en échec depuis 10 ans (lire C&E n°533 p. 50) a récemment été localisée dans une galaxie naine distante de 3 milliards d’années-lumière. C’est en combinant les données radios très précises du réseau de radiotélescopes VLA du Nouveau-Mexique et des images du télescope de 8 m Gemini North, à Hawaï, que les chercheurs ont identifié la galaxie hôte.

Bien que l’origine des signaux reste encore inconnue, la localisation est une première étape vers la compréhension de ce phénomène. Début 2016 déjà, l’un de ces sursauts avait été localisé dans une galaxie elliptique située à 6 milliards d’années-lumière, mais ce résultat restait sujet à caution.

Trois hypothèses sont en concurrence pour expliquer ces événements : fusion d’étoiles à neutrons, magnétars ou galaxies actives.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 5€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Une année de 19 jours pour la septième planète de Trappist-1

    Après plus d’une centaine de jours d’observation, des chercheurs ont vérifié que la période de révolution de la septième planète du système Trappist-1 est de 19 jours. Basé sur des calculs théoriques, les prédictions des scientifiques se sont confirmées.

  • Une sortie extravéhiculaire imprévue pour les astronautes de l’ISS

    Samedi 20 mai 2017, une panne est survenue sur un ordinateur de l'ISS. Une sortie dans l’espace pour la réparer a été décidée dimanche. Mardi 23 mai à 14h, ce sont les deux Américains Peggy Whitson et Jack Fisher qui se chargeront de la mission.

  • Une planète flottante à 20 années-lumière de la Terre

    Un astre de la taille de Jupiter, douze fois plus massif et ne tournant autour d'aucune étoile, a été identifié près du Système solaire. Il rejoint le club très fermé des « planètes flottantes », qui ne compte pour le moment qu'une douzaine de membres.