Thomas Pesquet s’est envolé vers l’ISS à bord de la capsule Crew Dragon

Décollage de Falcon 9 depuis le Kennedy space center à Cap canaveral. Credit: NASA/Aubrey Gemignani
Au terme d’une procédure déroulée sans encombre, Thomas Pesquet s’est envolé avec ses trois coéquipiers de la mission Crew-2. Leur capsule Crew Dragon atteindra la Station spatiale internationale demain samedi 24 avril à 11 h 10.

Décollage réussi pour Thomas Pesquet ! Comme prévu ce 23 avril 2021 à 5h49 heure de Floride, les 9 moteurs Merlin de la fusée Falcon 9 de Space X ont rugi sur le pas de tir 39A de cap Canaveral. Au sommet de l’engin, l’équipage de la mission Crew-2 s’est arraché de la gravité terrestre pour entamer un voyage de près de 24 heures vers la station spatiale internationale (ISS).

Installé dans le siège le plus à droite de la spacieuse capsule Crew dragon, Thomas Pesquet rejoindra l’ISS pour la seconde fois, samedi 24 avril à 11h10 (heure de Paris). C’est la quatrième fois que la capsule conçue pour les vols habités par la société américaine Space X décolle en direction de l’ISS. Avec les Américains Shane Kimbrough et Megan McArthur, et le Japonais Aki Hoshide, l’équipage portera la population de l’ISS à 11, pour repasser à 7 dans quelques jours après le retour sur Terre d’un autre équipage de 4 astronautes, également convoyé par Space X.

Procédure nominale et premier étage récupéré

Passé son allumage à t = 0, le premier étage de la Falcon 9 a brûlé le kérosène et l’oxygène liquide qui lui servent de carburants pendant 2 minutes et 36 secondes, pour enfin se couper et se décrocher du second étage. Ce dernier s’est allumé pendant 6 minutes pour finir de mettre en orbite la Crew Dragon. À t + 11min58, la capsule s’est enfin retrouvée seule, ouvrant quelques instants plus tard son nez afin d’exposer ses systèmes de guidage et de navigation au vide de l’espace.

Le panache de fumée généré par la fusée Falcon 9 dans la basse atmosphère. Crédit: ESA - S. Corvaja

Pendant l’ascension des astronautes, le premier étage réutilisable de la Falcon 9 a réussi sa descente contrôlée en direction de l’océan Atlantique pour atterrir à la verticale sur la barge de Space X baptisée « Of course I still love you » (« bien sûr que je t’aime encore »).

Avant le décollage, l’habillage des astronautes, leur transport en voitures Tesla, puis la vérification des systèmes une fois à bord s’est déroulée comme prévu. Contrairement à ce qu’avait vécu l’équipage de la mission Crew-1 en novembre 2020, la fermeture de la porte de Crew Dragon n’a pas posé de problème. Les astronautes s’accordant même une petite partie d’un jeu de mains, appris par Thomas Pesquet à ses équipiers, pendant le test de pressurisation de la capsule.

Un manchot à bord

Une fois en apesanteur, l’équipage a révélé leur « indicateur de zéro gravité » gardé secret jusque-là. Un jouet à l’effigie d’un manchot qui, flottant dans l’habitacle, indique que le capsule est dorénavant en chute libre perpétuelle autour de la Terre. Une tradition dans la lignée de celle existant à bord de la capsule russe Soyouz, transposée au Crew dragon par les astronautes Bob Benkhen et Doug Hurley, premiers passagers du vaisseau américain en mai 2020.

 

Disponible en kiosque ou sur notre boutique en ligne

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Les nuages noctiluques font leur retour au crépuscule

    En juin et juillet, les longs crépuscules d’été réservent souvent une surprise : l’apparition d’étonnants nuages luminescents dans un ciel déjà sombre. Ces formations spectaculaires semblent surtout survenir en période de minimum d’activité solaire, et chacun peut les observer. C'est sans doute la dernière année favorable à leur observation avant 10 ans, donc profitez-en !

  • L’Europe pourrait construire son propre vaisseau spatial

    Serait-il possible de voir des astronautes s’envoler dans l’espace depuis la Guyane au sommet d’une Ariane 6 ? Toute la technologie nécessaire est déjà au point, répond l’étude du CNES présentée le 16 juin 2021 au forum GLEX sur l’exploration spatiale, à Saint-Pétersbourg.

  • Des complications pendant la sortie dans l’espace de Thomas Pesquet

    Au terme de leur sortie dans l’espace, Thomas Pesquet et Shane Kimbrough ne sont pas parvenus à déployer les panneaux solaires. Objectif manqué pour une mission qui a connu plusieurs couacs.