ExoMars prépare son atterrissage

Simulation de la descente du module Schiaparelli sur Mars. © ESA
L’atterrisseur envoyé par l’ESA se pose sur Mars le mercredi 19 octobre 2016. Un événement à suivre en direct. Le module Schiaparelli étudiera ensuite la surface de la planète rouge pendant quelques jours.

C’est un ouf de soulagement, suivi de quelques inquiétudes, qui s’échappe du centre de contrôle de l’ESA, ce dimanche 16 octobre 2016. Après sept mois de voyage, la sonde européenne TGO (Trace Gas Orbiter) et l’atterrisseur Schiaparelli viennent de se séparer avec succès. Ou presque, car les données télémétriques peinent à parvenir pendant quelques minutes. La mission poursuit donc son périple à l’historique mouvementé, après son départ légèrement chaotique le 14 mars (on n’est pas passé loin de l’explosion !).

Un atterrissage sans paysage

Désormais, TGO et Schiaparelli vont suivre deux routes très différentes. TGO va se satelliser et analyser l’atmosphère martienne, comme le prévoit sa mission issue d’une union russo-européenne. Pendant ce temps, l’heure de gloire de l’atterrisseur Schiaparelli est fixée au mercredi 19 octobre. Il doit en effet démontrer la capacité de l’Europe à atterrir sur une autre planète lors d’une spectaculaire descente finale.

Elle se déroulera à partir de 16h42 (heure de Paris), lorsque le module amorcera sa chute libre avant de toucher le sol à 16h48. Les événements seront à suivre en direct sur le site de l’ESA, mais ne vous attendez pas à voir beaucoup d’images. Schiaparelli devrait filmer sa descente à l’aide de sa caméra placée sous lui, mais celles-ci ne seront diffusées que le jeudi 20.

Hélas, aucune caméra panoramique ne permettra d’admirer un nouveau paysage martien une fois l’engin posé. Si tout va bien et en fonction de ses batteries, Schiaparelli étudiera ensuite pendant quelques jours les alentours à l’aide de ses instruments (analyseur atmosphérique et de champ électrique). Tout ceci afin de préparer la venue d’un véritable rover en 2020, baptisé ExoMars 2020, qui devrait enfin (on l’espère) nous montrer la surface de Mars grâce à des « yeux » européens.

La descente de Schiaparelli prédite en vidéo. © ESA

Planning de la mission :

  • Vendredi 14 octobre : TGO se place sur orbite martienne
  • Dimanche 16 octobre : Schiaparelli se sépare de TGO.
  • Mercredi 19 octobre : Schiaparelli amorce sa descente à 16h42, touche le sol à 16h48.
  • Jeudi 20 octobre : publication espérée des images de la descente.
  • Vendredi 21 octobre et au-delà : Schiaparelli récolte des données jusqu’à épuisement de ses batteries.
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • A observer : Callisto joue avec l’ombre de Jupiter le 30 septembre

    C’est une éclipse partielle d’un type extrêmement rare que les amateurs peuvent tenter de suivre le vendredi 30 septembre au matin : le satellite Callisto vient flirter avec l’ombre de Jupiter. Le phénomène est si rare que les logiciels en perdent leur latin ! Pour en avoir le cœur net, nous vous invitons à l’observer.

  • La sonde DART a percuté l’astéroïde Dimorphos

    Les images sont spectaculaires. Et elles ont été diffusées en direct : la sonde américaine DART s’est approchée de sa cible à 23000 km/h en prenant des photos de plus en plus rapprochées. Jusqu’à l’impact, provoqué pour mesurer la déviation qu’il est possible d’induire sur un astéroïde.

  • Philippe Baptiste, président du Cnes : « Il faut réguler les activités sur la Lune »

    S’accorder sur l’exploration de la Lune, collaborer avec d’autres agences spatiales que sont les États-Unis ou la Chine, mais aussi développer des programmes qui nous sont propres : le président du Cnes détaille la voie de l’agence spatiale française.