Terzan5, l’amas aux deux baby-booms

NASA/ESA/F. Ferraro
Au cœur de la Voie lactée, l’amas globulaire Terzan5 révèle une structure plus complexe que l’on imaginait, avec deux éclosions d’étoiles séparées de 7 milliards d’années.

Les étoiles aiment naître en groupe. Souvent, ces naissances sont pratiquement simultanées au sein d’un gigantesque amas de poussières et de gaz. Ce n’est pas le cas de l’amas globulaire Terzan 5, situé au cœur de notre galaxie, à 19 000 années-lumière de nous. Des équipes italiennes (université de Bologne) et néerlandaise (Gröningen) s’en sont rendu compte par étude photométrique, en combinant les données du télescope spatial Hubble et d’observatoires au sol.

Leur étude montre que Terzan 5 recèle deux types d’étoiles d’âge très différent. Les premières seraient apparues en même temps que notre galaxie et ont désormais près de 12 milliards d’années. Les secondes, plus jeunes, n’ont que 4,5 milliards d’années.

Comment expliquer un tel écart ? Pour les chercheurs, une fois achevée la formation du premier groupe, l’amas aurait continué d’agréger du gaz. Pendant 7 milliards d’années, la forte masse du bulbe galactique lui a permis de conserver cette matière, jusqu’à déclencher une nouvelle flambée d’étoiles.

Cette étude montre que le passé de notre propre galaxie nous réserve encore de nombreuses surprises. Les découvrir permet de mieux comprendre la formation de la Voie lactée, et par analogie, celle des milliards d’autres galaxies que compte l’Univers.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Akatsuki change le visage de Vénus

    La sonde japonaise Akatsuki a obtenu des vues spectaculaires de la plus proche planète de la Terre qui renouvellent l’image de ce monde perpétuellement voilé par les nuages de son épaisse atmosphère.

  • La lunette qui a permis la découverte de Pluton retrouve tout son lustre

    L’instrument dormait depuis des années à l’observatoire Lowell, en Arizona. Après avoir été entièrement démontée, la lunette de 33 cm avec laquelle Clyde Tombaugh a découvert Pluton a retrouvé sa coupole.

  • Orion dans la ligne de mire des lasers du VLT

    Cette vue de la nébuleuse d’Orion est pour le moins inhabituelle. Elle a été réalisée depuis la plateforme du Very Large Telescope au Chili par Stéphane Guisard, ingénieur à l’Observatoire européen austral, mais aussi astronome amateur chevronné.