Stratolaunch promet la satellisation facile

L'avion porteur de Stratolaunch, chargé de son lanceur (au centre). Crédit : Stratolaunch Systems.

Paul Allen, le co-fondateur de Microsoft, et Burt Rutan, l'ingénieur qui a mis au point le SpaceShip One, ont dévoilé leur grand projet d'avion lanceur de satellites.

Baptisé Stratolaunch Systems, le projet consiste à lancer une fusée à partir d'un d'avion. Et pas n'importe lequel : il s'agit d'un gros porteur bipoutre, à la manière du White Kinght 2 de la compagnie Virgin Galactic, mais d'une envergure sans précédent.

L'avion, assemblé par Scaled Composite, mesurerait 117 m de large et serait propulsé par six moteurs de Boeing 747... Ce qui en ferait le plus gros avion du monde !

Un lanceur de 223 tonnes
L'avion porteur, d'une masse de 545 tonnes, serait capable d'emporter à haute altitude (9000 m), sous sa voilure, un lanceur de trois étages d'une masse de 223 tonnes construit par SpaceX et dérivé du Falcon 9.

Dans un premier temps, Allen et Rutan envisagent de lancer que des satellites ou du fret à destination de la Station spatiale internationale. Ce n'est qu'une fois le système éprouvé et sécurisé qu'il pourrait être utilisé pour envoyer des hommes dans l'espace.

La vidéo ci-dessous montre comment se déroulerait un lancement.

Premiers essais en 2015 ?
L'avion porteur, lesté de sa charge utile, aura besoin d'une piste d'envol très longue. Il en existe une au centre spatial Kennedy : celle sur laquelle les navettes spatiales se posaient au retour de leurs missions dans l'espace.

Dès 2015 pourraient avoir lieu, sur la piste du Mojave Air and Space Port, les premiers essais en vol. Le premier lancement, quant à lui, est escompté pour 2016.

Des lancements faciles
L'avantage affiché du Stralolauch System est de pouvoir lancer des satellites depuis un grand nombre de points dans le monde. Pas besoin d'une base complexe comme le centre spatial Kennedy. Une piste allongée (autour de 5 km) suffit.

Grâce à sa grande flexibilité, ce système serait également moins soumis aux aléas climatiques. Le report d'un lancement pour mauvais temps n'est pas une opération lourde à mener.

Une architecture déjà existante
Le Stralolaunch System reprend une architecture déjà existante et éprouvée : celle des petits lanceurs Pegasus. Il s'agit de missiles lancés à haute altitude à partir d'avions. Seule différence (de taille) : la masse de l'ensemble, colossale. Une promesse spatiale bien optimiste (surtout compte tenu des dates annoncées) à suivre...

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Espace et gastronomie : la bonne recette pour nourrir les astronautes

    L’alimentation spatiale est passée du tube d'aliments aux plats de fête concoctés par des chefs étoilés. Primordiale pour la santé physique et psychologique des équipages, la nourriture devra à l'avenir être en partie produite à bord par les astronautes partis pour de longues missions. Après la cuisine de l'espace, la cuisine dans l'espace ?

  • Eclipse partielle de Lune le 16 juillet !

    Lorsque la Pleine Lune émerge de l’horizon est, ce 16 juillet 2019, elle ne reste pas longtemps ronde pour les observateurs de la France métropolitaine. Rapidement, elle entre dans l’ombre de la Terre pour une belle éclipse partielle observable pendant toute la première partie de nuit !

  • Pourquoi les fusées attirent la foudre quand elles décollent

    À presque 50 ans d’écart, deux fusées ont été frappées par la foudre au décollage. Cette mésaventure, survenue le 27 mai 2019 à une Soyouz russe, s’est terminée sans conséquence. Tout comme Apollo 12, le 14 novembre 1969. Pourtant, cela n’est pas sans danger.