Soyouz MS 10 échoue à rejoindre l’ISS

Le Soyouz MS-10 peu après son lancement semble se propulser normalement vers l'espace. Crédit : NASA/Bill Ingalls
Les astronautes Alexeï Ovchinin et Nick Hague, partis ce 11 octobre 2018 de Baïkonour à bord du Soyouz MS10 ont dû revenir sur Terre prématurément, seulement quelques minutes après leur lancement à cause d’une défaillance de leur fusée.

Ils devaient séjourner six mois à bord de la station spatiale internationale, mais ils n’auront fait qu’une courte incursion au-delà de l’atmosphère. L’Américain Nick Hague et le Russe Alexeï Ovchinin ont bien décollé de Baïkonour à 10 h 41 (heure de Paris) ce 11 octobre 2018, sous un beau Soleil et dans un ciel sans nuage. Pourtant, malgré un lancement en apparence réussi, seulement six minutes plus tard, ils ont rapporté une anomalie. Ils ont ressenti l’apesanteur durant la phase d’ascension, ce qui signifiait un mauvais fonctionnement de leur propulseur. Visiblement, selon les images vidéo du lancement, un incident s'est produit plus de deux minutes après le décollage, lors de la séparation des quatre boosters du premier étage. Cet incident a pu entrainer un mauvais fonctionnement de l'étage central qui a cessé de propulser correctement la fusée.

Atterrissage à 400 km de Baïkonour

En tout état de cause, la vitesse étant insuffisante pour la satellisation, l’équipage a opéré un retour dans l’atmosphère en mode balistique (sur la lancée de la capsule, sans aucune propulsion) vraisemblablement après avoir procédé à l'éjection du vaisseau grâce aux fusées de secours. Trente minutes après le décollage, le vaisseau a atterri sous son parachute à 20 km à l’est de Dzhezkazgan, une ville du Kazakhstan située à un peu plus de 400 km de Baïkonour. Cette descente prématurée a vraisemblablement fait subir aux deux astronautes une accélération très forte (de l'ordre de 7 G, soit l'équivalent de sept fois leur propre poids). Cependant, les équipes de secours ont rapidement été en contact avec les deux hommes par radio et ont indiqué qu’ils étaient en bonne forme.

Alexeï Ovchinin et Nick Hague, membres de l'expédition 57 pour l'ISS, pilotes du Soyouz MS-10 qui n'a pas réussi sa mise en orbite. Crédit : DR

Plusieurs équipes de secours sont postés à des intervalles réguliers le long du parcours du vaisseau. Malgré tout, il leur faut du temps pour rejoindre le site d’atterrissage. Peu après midi, les secouristes avaient atteint le vaisseau et permis aux astronautes de sortir de la capsule.

Pour l’heure, la nature de la défaillance de la fusée n’a pas été communiquée par Roscosmos, l’agence spatiale russe, qui a immédiatement constitué une commission d’enquête. Celle-ci travaille déjà sur les causes de l’incident. Et tous les vols habités dans des vaisseaux Soyouz sont suspendus jusqu'à nouvel ordre. Le dernier problème similaire remonte à Soyouz 7K-T no 39, lancée le 5 avril 1975.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Les moments forts d’Apollo 8, racontés par Philippe Henarejos

    Il y a pile 50 ans, la veille de Noël 1968, les trois astronautes d'Apollo 8 contournent la Lune. Pour la première fois, des yeux humains contemplent la surface lunaire, toute proche, et découvrent à l'horizon leur planète bleue, si lointaine. Philippe Henarejos, rédacteur en chef de « Ciel & espace », nous refait vivre les moments forts de cette mission unique !

  • En vidéo : regardez les conférences des Rencontres 2018

    Découvrez (ou réécoutez) les conférences données lors des 11es Rencontres du ciel et de l’espace, à Paris, début novembre 2018.

  • Reportage : la Nasa piste la cible de New Horizons sous le ciel de Dakar

    Le 1er janvier 2019, la sonde New Horizons, qui nous a fait découvrir Pluton en 2015, a un nouveau rendez-vous : l’astéroïde 2014 MU69. Est-ce un objet double ? Pour le savoir, une équipe de la Nasa s’est rendue au Sénégal pour suivre l’occultation d’une étoile par le petit astre. Une mission cruciale pour préparer son survol.