Ralph Nye, sauveur de lunettes historiques au Lowell Observatory

Ralph Nye, à côté de la lunette de 61 cm de Percival Lowell, qu’il a restaurée. © P. Henarejos/C&E
L’observatoire Lowell, en Arizona, possède plusieurs télescopes qui ont marqué l’histoire de l’astronomie : la lunette avec laquelle Lowell cherchait des canaux sur Mars, celle qui a permis de débusquer Pluton… Mais, avec le temps, ces instruments et d’autres étaient menacés de disparition. Ralph Nye, au Lowell Observatory, s’est passionné pour leur restauration. Objectif : leur faire revoir les étoiles !
Quand il se met à parler de vieux télescopes, Ralph Nye devient intarissable. Et l’on comprend mieux pourquoi quand on jette un coup d’œil à son bureau de l’observatoire Lowell, dans l’un des bâtiments qui se cachent parmi les pins, au sommet de la colline Mars. Quasiment tout l’espace est occupé par une grande table à dessin sur laquelle s’empilent des plans de télescopes, souvent grandeur nature. Ici, le papier submerge les ordinateurs, qui servent pourtant à Ralph Nye pour ses modélisations en 3D. Outre des armoires remplies de revues et de traités d’optique, les murs sont surchargés de photos d’instruments en cours de rénovation. Et aussi de planches sur lesquelles se chevauchent des clichés de champs stellaires, de galaxies et de nébuleuses.

À 71 ans,
...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Fin de parcours pour les fusées russes Proton

    La Russie va mettre fin à la production de ses lanceurs Proton, conçus dans les années 1960 et qui avaient notamment servi à satelliser les stations Saliout ainsi que les modules de la station Mir ou encore de l’ISS.

  • Découverte d’eau sur l’exoplanète K2-18b… mais pas d'eau liquide

    Pour la première fois, des chercheurs ont détecté de l’eau dans l’atmosphère d’une exoplanète située dans la zone habitable de son étoile. Mais attention, cette eau n’est probablement pas liquide. Et la planète en question, K2-18b, est loin d’être une jumelle de la Terre.

  • Les astronomes traquent la première comète interstellaire

    Alerte ! La première comète venue d’un autre système planétaire pourrait bien avoir été découverte. Dans l’attente de nouvelles nuits d’observation pour en préciser la trajectoire et confirmer qu’elle provient de l’extérieur du Système solaire, l’engouement pour l’objet baptisé provisoirement C/2019 Q4 est total.