Quand l’intelligence artificielle remplace les astronomes

L’œil de l’intelligence artificielle va-t-il remplacer celui de l’astronome ? © DR
Les machines vont-elles remplacer les astronomes ? Avec les progrès de l’informatique et la quantité sans cesse plus grande de données scientifiques à traiter, le recours à l’ « intelligence artificielle » se développe très vite. Au point que les découvertes pourraient ne plus rester un domaine réservé aux humains.
Les exoplanètes Kepler-80g et Kepler-90i, dont la découverte a été annoncée en décembre 2017, sont peut-être les premières d’une nouvelle catégorie. Non pas qu’elles auraient des caractéristiques radicalement différentes de 3000 planètes extrasolaires déjà connues. Simplement, elles ont été trouvées par une intelligence artificielle (IA). Autrement dit, un ordinateur doté d’un programme informatique qui le rend capable d’apprendre afin d’analyser des données brutes et de repérer celles indiquant la présence de planètes autour d’étoiles.

Et ce n’est qu’un début. Grâce au système d’apprentissage développé par Google, la machine peut passer en revue les 2000 trilliards d’orbites potentielles recensées par le télescope spatial Kepler de la Nasa....
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Xavier Pasco : « La Nasa ne sait plus pourquoi elle est là »

    À l’heure où la Maison-Blanche vient de publier sa proposition de budget 2019 pour la Nasa, l’agence spatiale américaine subit une crise plus profonde, existentielle. C’est l’analyse de Xavier Pasco, spécialiste des questions spatiales à la Fondation pour la recherche stratégique.

  • La galaxie d’Andromède est née d’une collision

    La galaxie M31, voisine de notre Voie lactée, serait beaucoup plus jeune que prévu. Et elle résulterait de la fusion de deux galaxies. C’est la découverte réalisée par une équipe franco-chinoise de l’observatoire de Paris.

  • Comment les trous noirs dirigent la vie des galaxies

    Le taux de formation stellaire d’une galaxie dépend de la taille de son trou noir central, d’après une étude parue dans la revue “Nature” en janvier 2018. Chez les grandes galaxies, plus le trou noir est massif, plus la création d’étoiles est efficace, mais brève…