Quand l’intelligence artificielle remplace les astronomes

L’œil de l’intelligence artificielle va-t-il remplacer celui de l’astronome ? © DR
Les machines vont-elles remplacer les astronomes ? Avec les progrès de l’informatique et la quantité sans cesse plus grande de données scientifiques à traiter, le recours à l’ « intelligence artificielle » se développe très vite. Au point que les découvertes pourraient ne plus rester un domaine réservé aux humains.
Les exoplanètes Kepler-80g et Kepler-90i, dont la découverte a été annoncée en décembre 2017, sont peut-être les premières d’une nouvelle catégorie. Non pas qu’elles auraient des caractéristiques radicalement différentes de 3000 planètes extrasolaires déjà connues. Simplement, elles ont été trouvées par une intelligence artificielle (IA). Autrement dit, un ordinateur doté d’un programme informatique qui le rend capable d’apprendre afin d’analyser des données brutes et de repérer celles indiquant la présence de planètes autour d’étoiles.

Et ce n’est qu’un début. Grâce au système d’apprentissage développé par Google, la machine peut passer en revue les 2000 trilliards d’orbites potentielles recensées par le télescope spatial Kepler de la Nasa....
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Fin de parcours pour les fusées russes Proton

    La Russie va mettre fin à la production de ses lanceurs Proton, conçus dans les années 1960 et qui avaient notamment servi à satelliser les stations Saliout ainsi que les modules de la station Mir ou encore de l’ISS.

  • Découverte d’eau sur l’exoplanète K2-18b… mais pas d'eau liquide

    Pour la première fois, des chercheurs ont détecté de l’eau dans l’atmosphère d’une exoplanète située dans la zone habitable de son étoile. Mais attention, cette eau n’est probablement pas liquide. Et la planète en question, K2-18b, est loin d’être une jumelle de la Terre.

  • Les astronomes traquent la première comète interstellaire

    Alerte ! La première comète venue d’un autre système planétaire pourrait bien avoir été découverte. Dans l’attente de nouvelles nuits d’observation pour en préciser la trajectoire et confirmer qu’elle provient de l’extérieur du Système solaire, l’engouement pour l’objet baptisé provisoirement C/2019 Q4 est total.