Quand l’intelligence artificielle remplace les astronomes

L’œil de l’intelligence artificielle va-t-il remplacer celui de l’astronome ? © DR
Les machines vont-elles remplacer les astronomes ? Avec les progrès de l’informatique et la quantité sans cesse plus grande de données scientifiques à traiter, le recours à l’ « intelligence artificielle » se développe très vite. Au point que les découvertes pourraient ne plus rester un domaine réservé aux humains.
Les exoplanètes Kepler-80g et Kepler-90i, dont la découverte a été annoncée en décembre 2017, sont peut-être les premières d’une nouvelle catégorie. Non pas qu’elles auraient des caractéristiques radicalement différentes de 3000 planètes extrasolaires déjà connues. Simplement, elles ont été trouvées par une intelligence artificielle (IA). Autrement dit, un ordinateur doté d’un programme informatique qui le rend capable d’apprendre afin d’analyser des données brutes et de repérer celles indiquant la présence de planètes autour d’étoiles.

Et ce n’est qu’un début. Grâce au système d’apprentissage développé par Google, la machine peut passer en revue les 2000 trilliards d’orbites potentielles recensées par le télescope spatial Kepler de la Nasa....
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Vidéo : Les origines de l’Univers explorées avec Hervé Dole

    Hervé Dole étudie la formation et l'évolution des grandes structures (galaxies et amas de galaxies). Il participe notamment aux missions de l’ESA Planck et Euclid. En novembre 2018, il a exposé les récentes avancées dans notre connaissance de l’Univers lors des Rencontres du ciel et de l’espace (RCE).

  • Admirez l’éclipse totale de Lune du 21 janvier !

    Il faudra être un lève-tôt, ce lundi 21 janvier 2019, pour apercevoir la Lune plonger dans l’ombre de la Terre ! Un spectacle assez rare, étonnant et beau, à contempler pendant plus d’une heure en direction de l’ouest !

  • Enquête sur Asgardia : la première nation de l’espace intrigue

    Le Russe Igor Ashurbeyli a fondé voilà deux ans Asgardia, qui revendique 280 000 citoyens à travers le monde. Ce premier royaume spatial, en réalité surtout numérique, se veut pacifiste et humaniste et souhaite être reconnu par les Nations unies. Mais peut-on faire confiance à un ex-fabriquant de missiles ?