Pioneer et Voyager : pourquoi nos messages aux extraterrestres ne seront jamais lus

La sonde Voyager en route vers une étoile… mais laquelle ? © Nasa
Des chercheurs ont évalué la probabilité que les sondes Pioneer et Voyager s’approchent suffisamment d’une étoile pour que le message qu’elles portent ait une chance d’être intercepté. Le verdict n’est pas très encourageant…
Comme des naufragés sur une île déserte jettent des bouteilles à la mer pour être localisés, l’humanité a déjà envoyé quatre « missives » dans l’espace interstellaire avec l’espoir qu’une éventuelle civilisation extraterrestre les intercepte. Une équipe de chercheurs vient de montrer que, hélas, ces « bouteilles à la mer » cosmiques ne passeront jamais à proximité d’une étoile, et par conséquent, ne seront sans doute jamais reçues…

Pioneer et Voyager, bouteilles à la mer cosmiques Les bouteilles se nomment Pioneer 10 et 11, Voyager 1 et 2. Ces quatre sondes spatiales ont été lancées par la Nasa, en 1972 et 1973 pour les premières, et en 1977 pour les secondes. Parties explorer les régions externes du Système solaire et au-delà, chacune transporte...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Une énorme tache sombre photographiée à la surface de Bételgeuse !

    Pour la première fois depuis sa chute de luminosité entamée à l’automne 2019, une équipe d’astronomes a zoomé sur la surface de Bételgeuse. Ils révèlent le portrait le plus récent de cette étoile supergéante rouge qui se meurt.

  • Vénus, Io et Triton dans la ligne de mire de la Nasa

    L’agence spatiale américaine a dévoilé ce 13 février les quatre finalistes de sa prochaine sélection de missions « Discovery » d’exploration du Système solaire. Avec deux propositions de sondes, Vénus a de bonnes chances d’être de nouveau visitée dans les années 2020.

  • La Maison Blanche dévoile son plan budgétaire pour le programme lunaire Artémis

    L’administration Trump a rendu publique sa proposition de budget pour 2021, dans lequel la Nasa voit ses moyens substantiellement augmentés. Pas moins de 35 milliards de dollars viennent soutenir le programme Artémis pour permettre à des astronautes américains de fouler le sol lunaire en 2024.