Orion dans la ligne de mire des lasers du VLT

"image © Stéphane Guisard, 'Los Cielos de América', sguisard.astrosurf.com, utilisée avec autorisation"
Cette vue de la nébuleuse d’Orion est pour le moins inhabituelle. Elle a été réalisée depuis la plateforme du Very Large Telescope au Chili par Stéphane Guisard, ingénieur à l’Observatoire européen austral, mais aussi astronome amateur chevronné.

Yepun, l’un des quatre télescopes de 8 m de l’observatoire du VLT, est équipé d’un système d’optique adaptative de nouvelle génération. Ce dispositif, constitué de quatre lasers et de miroirs déformables, permet de corriger les turbulences de l’atmosphère. Les lasers sont tirés à proximité de l’astre visé par le télescope. Leur couleur jaune est calée sur la longueur d’onde du sodium, afin d’exciter ces atomes situés entre 80 et 90 km d’altitude dans notre atmosphère. Ils forment ainsi quatre étoiles de référence, utilisées pour analyser les défauts de l’atmosphère et ordonner les corrections nécessaires aux miroirs déformables.

Cette photo a été prise à quelques dizaines de mètres du télescope. On voit donc les faisceaux lasers de biais. Ils se diffusent d’abord sur les poussières et la vapeur d’eau dans les premiers kilomètres d’atmosphère traversés, puis ils deviennent plus discrets à mesure que l’air se raréfie, avant de rencontrer finalement cette fameuse couche de sodium, au-dessus de 80 km.

Depuis le télescope de 50 cm utilisé pour réaliser cette photo, les étoiles artificielles sont allongées en raison de l’épaisseur de la couche de sodium. Mais pour Yepun, ce « cylindre » de lumière est vu dans l’axe. Il apparaît donc sous la forme d’une étoile quasi ponctuelle.

D'autres photos des lasers sont visibles sur le site de Stéphane Guisard

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Akatsuki change le visage de Vénus

    La sonde japonaise Akatsuki a obtenu des vues spectaculaires de la plus proche planète de la Terre qui renouvellent l’image de ce monde perpétuellement voilé par les nuages de son épaisse atmosphère.

  • La lunette qui a permis la découverte de Pluton retrouve tout son lustre

    L’instrument dormait depuis des années à l’observatoire Lowell, en Arizona. Après avoir été entièrement démontée, la lunette de 33 cm avec laquelle Clyde Tombaugh a découvert Pluton a retrouvé sa coupole.

  • L’éruption d’Eta de la Carène saisie par un astronome amateur

    L’une des plus grosses étoiles de la Galaxie est entourée d’une nébuleuse en expansion. Maintes fois photographiée par le télescope Hubble, cette bulle de gaz qui résulte d’un événement violent observé en 1843, vient d’être détaillée par Damian Peach, astronome amateur britannique.