Olivier Mousis : « Il faut envoyer une sonde plonger dans l’atmosphère d’Uranus ou de Neptune ! »

Les planètes Uranus et Neptune vues par les sondes Voyager. © Nasa
Fin février, les spécialistes mondiaux d’Uranus et de Neptune étaient réunis à Marseille. À l’initiative de ce colloque, Olivier Mousis plaide pour une mission dans laquelle un orbiteur américain larguerait une sonde européenne vers l’une des deux planètes géantes.
L’astrophysicien Olivier Mousis est un spécialiste de l’origine et de l’évolution des systèmes planétaires. Professeur à l’université d’Aix-Marseille et chercheur au Laboratoire d’astrophysique de Marseille, il s’intéresse tout particulièrement à la physico-chimie des planètes et des disques protoplanétaires où elles se forment. Il plaide depuis plusieurs années pour une étude in situ des atmosphères des planètes géantes.   

 

Qu’est-ce qui vous a décidé à organiser maintenant ce colloque sur Uranus et Neptune ?

Olivier Mousis : Tous les dix ans, la communauté des sciences planétaires américaine publie son Decadal Survey où elle affiche ses priorités pour la décennie à venir. Pour les grosses missions à réaliser pendant la période 2013-2022,...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Interview : Brian May, la musique et l’astro en stéréo

    Le guitariste du groupe Queen a trois passions : la musique, bien sûr, mais aussi l’astronomie et l’imagerie 3D. Brian May nous a raconté comment il jongle entre les trois.

  • Mu Cephei expulse de la matière par bouffées

    Pour la première fois, des astronomes ont réalisé une carte 3D des phénomènes de perte de masse d’une supergéante rouge. Des images exceptionnelles obtenues grâce au réseau d’antennes de l’observatoire NOEMA (Northern Extended Millimeter Array), implanté dans les Alpes françaises.

  • Sonde Bepi-Colombo : les défis d’un voyage vers Mercure

    Située à “seulement” 58 millions de kilomètres du Soleil, Mercure présente des difficultés particulières pour tout visiteur spatial. Didier Morançais (Airbus) détaille les défis techniques à relever pour amener la sonde Bepi-Colombo aux abords de la première planète.