Nouveaux détails sur l’hexagone de Saturne

La sonde Cassini a réalisé l'animation la plus précise à ce jour du vaste hexagone de 30 000 km de large qui entoure le pôle Nord de Saturne.

Cette structure météorologique étonnante est la combinaison de six courants-jets semblables à ceux que l'on observe sur Terre. Le vent y souffle à 322 km/h.

Selon les scientifiques de la mission, l'hexagone de Saturne agit comme une barrière qui sépare en deux l'atmosphère de la planète. Ses propriétés diffèrent en effet légèrement à l'intérieur et à l'extérieur de la structure.

Une structure persistante

Plus encore que sa forme, c'est la longévité de l'hexagone qui étonne les scientifiques. Observé pour la première fois par les sondes Voyager dans les années 1980-1981, il persiste depuis des décennies, et peut-être des siècles.

Sur Terre, de telles structures existent aussi. Un vortex se crée annuellement au-dessus du pôle Sud, entraînant une concentration de gaz qui se traduit in fine par une destruction d'ozone sous l'effet du Soleil. Mais celles-ci ne persistent pas, en particulier à cause de la friction de l'atmosphère avec le sol.

Sur Saturne, qui est essentiellement une boule de gaz, la longévité peut être beaucoup plus grande.

Rendez-vous en 2017

Les scientifiques vont suivre avec attention l'évolution de l'hexagone jusqu'au solstice d'été, qui aura lieu en 2017 sur Saturne. À cette époque, le pôle Nord de Saturne sera le plus éclairé depuis 30 ans.

David Fossé, le 6 décembre 2013

Recevez Ciel & Espace pour moins de 5€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Curiosity attaque la montagne… martienne

    Sur la planète Mars, le robot Curiosity a commencé à grimper sur les flancs du mont Sharp. Le 12 septembre 2017, sa caméra a pris une belle vue panoramique sur le cratère Gale.

  • Trois nouveaux astronautes à bord de l'ISS

    Après un lancement parfait depuis le cosmodrome de Baïkonour et 5h40 de vol, les astronautes américains Mark Vande Hei, Joseph Acaba et le cosmonaute russe Aleksandr Misurkin ont atteint l'ISS à bord de leur Soyouz MS-06 ce 13 septembre 2017, à 4h57 heure française.

  • L’ouragan Irma vu par l’astronaute Paolo Nespoli

    Même depuis la Station spatiale internationale, à 400 km d’altitude, l’ouragan Irma apparaît énorme.