Méthane martien : Curiosity relance le débat

La planète Mars vue depuis l’orbite. © ISRO / ISSDC / Justin Cowart
La nouvelle détection de méthane dans l’atmosphère de Mars par le robot Curiosity relance le débat sur l’origine de ce gaz : celle-ci est-elle biologique ou non ? Les scientifiques cherchent toujours à comprendre quel mécanisme peut le produire, mais aussi pourquoi il « s’évapore » partiellement en fonction des saisons.
Le 7 juin 2018, la Nasa a annoncé deux résultats importants issus des explorations menées par son rover Curiosity sur Mars. L’un d’eux fait état de l’existence d’un cycle saisonnier du méthane sur la planète rouge (l’autre concerne l’identification pour la première fois de molécules carbonées complexes). En d’autres termes, les instruments de Curiosity ont confirmé qu’il y a bien du méthane dans la fine atmosphère martienne. De plus, sa proportion varie en fonction de la saison. Ce résultat s’ajoute à d’autres, antérieurs et encore plus mystérieux, qui semblent indiquer qu’il y a, épisodiquement, des émissions de méthane, aussi fortes qu’éphémères. Au final, c’est un véritable casse-tête.

Un seul gaz : deux origines possibles La première
...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Fin de parcours pour les fusées russes Proton

    La Russie va mettre fin à la production de ses lanceurs Proton, conçus dans les années 1960 et qui avaient notamment servi à satelliser les stations Saliout ainsi que les modules de la station Mir ou encore de l’ISS.

  • Découverte d’eau sur l’exoplanète K2-18b… mais pas d'eau liquide

    Pour la première fois, des chercheurs ont détecté de l’eau dans l’atmosphère d’une exoplanète située dans la zone habitable de son étoile. Mais attention, cette eau n’est probablement pas liquide. Et la planète en question, K2-18b, est loin d’être une jumelle de la Terre.

  • Les astronomes traquent la première comète interstellaire

    Alerte ! La première comète venue d’un autre système planétaire pourrait bien avoir été découverte. Dans l’attente de nouvelles nuits d’observation pour en préciser la trajectoire et confirmer qu’elle provient de l’extérieur du Système solaire, l’engouement pour l’objet baptisé provisoirement C/2019 Q4 est total.