Méthane martien : Curiosity relance le débat

La planète Mars vue depuis l’orbite. © ISRO / ISSDC / Justin Cowart
La nouvelle détection de méthane dans l’atmosphère de Mars par le robot Curiosity relance le débat sur l’origine de ce gaz : celle-ci est-elle biologique ou non ? Les scientifiques cherchent toujours à comprendre quel mécanisme peut le produire, mais aussi pourquoi il « s’évapore » partiellement en fonction des saisons.
Le 7 juin 2018, la Nasa a annoncé deux résultats importants issus des explorations menées par son rover Curiosity sur Mars. L’un d’eux fait état de l’existence d’un cycle saisonnier du méthane sur la planète rouge (l’autre concerne l’identification pour la première fois de molécules carbonées complexes). En d’autres termes, les instruments de Curiosity ont confirmé qu’il y a bien du méthane dans la fine atmosphère martienne. De plus, sa proportion varie en fonction de la saison. Ce résultat s’ajoute à d’autres, antérieurs et encore plus mystérieux, qui semblent indiquer qu’il y a, épisodiquement, des émissions de méthane, aussi fortes qu’éphémères. Au final, c’est un véritable casse-tête.

Un seul gaz : deux origines possibles La première
...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Interview : Brian May, la musique et l’astro en stéréo

    Le guitariste du groupe Queen a trois passions : la musique, bien sûr, mais aussi l’astronomie et l’imagerie 3D. Brian May nous a raconté comment il jongle entre les trois.

  • Mu Cephei expulse de la matière par bouffées

    Pour la première fois, des astronomes ont réalisé une carte 3D des phénomènes de perte de masse d’une supergéante rouge. Des images exceptionnelles obtenues grâce au réseau d’antennes de l’observatoire NOEMA (Northern Extended Millimeter Array), implanté dans les Alpes françaises.

  • Sonde Bepi-Colombo : les défis d’un voyage vers Mercure

    Située à “seulement” 58 millions de kilomètres du Soleil, Mercure présente des difficultés particulières pour tout visiteur spatial. Didier Morançais (Airbus) détaille les défis techniques à relever pour amener la sonde Bepi-Colombo aux abords de la première planète.