Les plus vieilles roches terrestres sont-elles sur la Lune ?

Alan Sheppard sur la Lune, lors de la mission Apollo 14. © Nasa
Un nouvel examen d’échantillons rapportés par la mission Apollo 14 en 1971 a permis de trouver ce qui pourrait bien être une météorite terrestre. Une première ! Vieille de plus de 4 milliards d’années, cette pierre serait alors l’une des plus anciennes roches terrestres connues, précieusement conservée par la Lune.
Le fragment est minuscule : 2 grammes. Mais son âge est immense : 4 milliards d’années, presque aussi vieux que la Terre ! Et son odyssée l’aurait amené sur la Lune avant de revenir sur son lieu d’origine, notre planète. Cette toute petite inclusion découverte dans une roche lunaire est précieuse. Même si son origine terrestre doit encore être confirmée, elle fait déjà rêver les géologues. La Lune pourrait ainsi nous aider à « imaginer l’enfance de la Terre », se réjouit Charles Frankel, de l’université de Stanford (Californie). Pour ce spécialiste de la géologie des planètes, l’histoire de ce qui semblerait être la toute première météorite terrestre « revenue dans sa mère patrie » est non seulement « mignonne », mais aussi riche d’enseignements....
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Fin de parcours pour les fusées russes Proton

    La Russie va mettre fin à la production de ses lanceurs Proton, conçus dans les années 1960 et qui avaient notamment servi à satelliser les stations Saliout ainsi que les modules de la station Mir ou encore de l’ISS.

  • Découverte d’eau sur l’exoplanète K2-18b… mais pas d'eau liquide

    Pour la première fois, des chercheurs ont détecté de l’eau dans l’atmosphère d’une exoplanète située dans la zone habitable de son étoile. Mais attention, cette eau n’est probablement pas liquide. Et la planète en question, K2-18b, est loin d’être une jumelle de la Terre.

  • Les astronomes traquent la première comète interstellaire

    Alerte ! La première comète venue d’un autre système planétaire pourrait bien avoir été découverte. Dans l’attente de nouvelles nuits d’observation pour en préciser la trajectoire et confirmer qu’elle provient de l’extérieur du Système solaire, l’engouement pour l’objet baptisé provisoirement C/2019 Q4 est total.