Les extraterrestres sont-ils verts ? Une nouvelle solution au paradoxe de Fermi

C’est mathématique. Tant que croissance économique rimera avec consommation d’énergie, elle devra un jour cesser son ascension. Un constat qui pourrait expliquer pourquoi aucune civilisation extraterrestre n’a jamais colonisé la Galaxie.
« Mais où sont-ils ? » demande en 1950 le physicien italien Enrico Fermi à ses collègues lors de sa visite au laboratoire militaire de Los Alamos au Nouveau-Mexique. «Ils », ce sont les extraterrestres dont on discute beaucoup à la fin des années 1940, tandis que de nombreux rapports de supposées soucoupes volantes et autres ovnis surviennent aux États-Unis. Si les scientifiques s’accordent à dire qu’une explication extraterrestre à ces témoignages est hautement improbable, Fermi se livre néanmoins à une série de calculs. Et il arrive à la conclusion que si les extraterrestres existaient, ils auraient dû nous rendre visite plusieurs fois par le passé. Après tout, le Soleil et son cortège de planètes sont nés il y a 4,5 milliards d’années. Mais Enrico Fermi,
« Mais où sont-ils ? » demande en 1950 le physicien italien Enrico Fermi à ses collègues lors de sa visite au laboratoire militaire de Los Alamos au Nouveau-Mexique. «Ils », ce sont les extraterrestres dont on discute beaucoup à la fin des années 1940, tandis que de nombreux rapports de supposées soucoupes volantes et autres ovnis surviennent aux États-Unis. Si les scientifiques s’accordent à dire qu’une explication extraterrestre à ces témoignages est hautement improbable, Fermi se livre néanmoins à une série de calculs. Et il arrive à la conclusion que si les extraterrestres existaient, ils auraient dû nous rendre visite plusieurs fois par le passé.

Après tout, le Soleil et son cortège de planètes sont nés il y a 4,5 milliards d’années. Mais Enrico Fermi,
...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • A observer : Callisto joue avec l’ombre de Jupiter le 30 septembre

    C’est une éclipse partielle d’un type extrêmement rare que les amateurs peuvent tenter de suivre le vendredi 30 septembre au matin : le satellite Callisto vient flirter avec l’ombre de Jupiter. Le phénomène est si rare que les logiciels en perdent leur latin ! Pour en avoir le cœur net, nous vous invitons à l’observer.

  • La sonde DART a percuté l’astéroïde Dimorphos

    Les images sont spectaculaires. Et elles ont été diffusées en direct : la sonde américaine DART s’est approchée de sa cible à 23000 km/h en prenant des photos de plus en plus rapprochées. Jusqu’à l’impact, provoqué pour mesurer la déviation qu’il est possible d’induire sur un astéroïde.

  • Philippe Baptiste, président du Cnes : « Il faut réguler les activités sur la Lune »

    S’accorder sur l’exploration de la Lune, collaborer avec d’autres agences spatiales que sont les États-Unis ou la Chine, mais aussi développer des programmes qui nous sont propres : le président du Cnes détaille la voie de l’agence spatiale française.