Les Etats-Unis et le Luxembourg veulent s'entendre pour forer les astéroïdes

L'exploitation des corps célestes vient de s'ancrer encore un peu plus dans la réalité. Et, une fois n'est pas coutume, les deux plus grands acteurs du secteur semblent vouloir se mettre au diapason avant que ne commence la course aux minerais de l'espace.

Vendredi 10 mai 2019, le Grand Duché du Luxembourg et les États-Unis signeront un « memorandum of understanding ». Parmi les objectifs affichés : « Promouvoir la coordination des politiques, en priorité pour établir un cadre international régissant les activités d'exploration, d'utilisation et d'exploitation des ressources spatiales. Ainsi, le mémorandum va faciliter la recherche, l'exploration, le développement et l'utilisation de l’espace, pas uniquement pour ces deux pays, mais aussi pour les instituts de recherche et pour le secteur spatial privé". »

Auparavant, chacun de ces deux États jouait sa partie indépendamment tout en partageant le même but : s’affranchir du Traité de l’espace, potentiel frein pour aller forer dans l’espace.

Un Traité de l’espace embarrassant

Établi en 1967 sous l’égide des Nations Unies, l’Outer Space Treaty stipule en effet que planètes et petits corps constituent un « world common heritage », un bien commun de l'humanité. Ils appartiennent donc à tout le monde. Autrement dit, à personne en particulier.

En 2015, pour contourner cette embarrassante règle internationale, les États-Unis ont écrit le Space Act. On y lit que « toute ressource d’astéroïde, obtenue dans l’espace, est la propriété de l’entité qui l’a obtenue, qui sera bénéficiaire de tous les droits de propriété y afférant ».

Le Luxembourg, qui poursuit l’ambition de devenir une grande nation du spatial en attirant sur son sol les entreprises du secteur privé à coup de cadeaux fiscaux, a emboîté le pas des Américains deux en plus tard. En 2017, le Grand Duché a en effet mis au point un corpus de loi précisant notamment que toute substance de valeur extraite d’un corps céleste par une société hébergée au Luxembourg sera considérée comme la propriété légitime de ladite société. Depuis, le pays a signé des accords avec plusieurs pays, dont la Russie, en février 2019.

Bientôt un nouveau traité de l'espace?

Une situation bipartite — États-Unis d’un côté, Luxembourg et consorts de l’autre — qui faisait craindre à plusieurs observateurs une future loi de la jungle dans l’espace. Ce n’est plus d’actualité, semble-t-il.  Dans notre article de mars 2019, nous vous révélions déjà que l’ambassadeur des Etats-Unis au Luxembourg se montrait désireux de « travailler avec le Grand Duché sur un cadre légal international » en matière d'exploitations minières spatiales. C’est désormais officiel.

Ce 10 mai 2019, Étienne Schneider, vice Premier Ministre et ministre de l’Économie du Luxembourg, signera donc le Memorandum avec Wilbur Ross, secrétaire d’État américain au commerce. Voilà qui pourrait constituer la première pierre d’un nouveau Traité de l’espace.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • LM d’Apollo 10, photo du trou noir, voyages vers Mars… : retrouvez tous nos articles 100 % web

    Un astronome aurait retrouvé le LM d’Apollo 10 ! Comment photographie-t-on un trou noir ? Une expérience donne de l’espoir pour la vie sur Mars… Passionnés d’exploration spatiale, curieux d’astronomie, vous trouverez à coup sûr matière à apprendre dans les nombreux articles et podcasts publiés sur notre site. En voici la liste. Cliquez, et découvrez !

  • Trou noir : les secrets d’une image

    La première photo d’un trou noir, révélée le 10 avril 2019, restera certainement dans les annales de l’astronomie. Un exploit collectif réalisé par 200 astrophysiciens dispersés sur toute la planète, et dont voici les coulisses.

  • Aidez les astronomes à savoir quand se couche réellement le Soleil

    Étonnant : les heures de lever et de coucher du Soleil ne sont pas prédites à mieux que quelques minutes. La responsable de cette imprécision : notre atmosphère. Les chercheurs se tournent vers les sciences participatives pour résoudre ce problème épineux, car il a un impact la navigation en mer, mais aussi sur les observations astronomiques.