Le temple de Göbekli Tepe, inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco

Les pierres gravées de Göbekli Tepe. © Turquietourisme.gov.tr
Sept mille ans avant les pyramides, le temple de Göbekli Tepe avait-il une vocation astronomique ? Son ancienneté et sa complexité posent autant de questions sur les débuts du Néolithique que sur nos préjugés... L’Unesco vient d’inscrire le site turc à sa liste du Patrimoine mondial.
Au sud-est de la Turquie, en Anatolie, un site étonnant couronne le sommet d’une colline du nom de Göbekli Tepe. Dominant la vaste plaine d’Harran, les mégalithes qui s’y dressent sont datés du Xe millénaire av. J.-C., la phase la plus précoce du Néolithique, à une époque où la subsistance est encore fondée sur la chasse et la cueillette et où la poterie n’existe pas. Disposées en cercle, avec deux piliers en forme de T au centre de chaque enclos, ces pierres sont gravées de dessins représentant des humains et des animaux, de motifs géométriques et de figures abstraites. Particularité supplémentaire du site : tout indique qu’au lieu de servir à des fins pratiques, tels le stockage des ressources ou l’habitat, il s’agissait d’un lieu de culte. Des activités...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Fin de parcours pour les fusées russes Proton

    La Russie va mettre fin à la production de ses lanceurs Proton, conçus dans les années 1960 et qui avaient notamment servi à satelliser les stations Saliout ainsi que les modules de la station Mir ou encore de l’ISS.

  • Découverte d’eau sur l’exoplanète K2-18b… mais pas d'eau liquide

    Pour la première fois, des chercheurs ont détecté de l’eau dans l’atmosphère d’une exoplanète située dans la zone habitable de son étoile. Mais attention, cette eau n’est probablement pas liquide. Et la planète en question, K2-18b, est loin d’être une jumelle de la Terre.

  • Les astronomes traquent la première comète interstellaire

    Alerte ! La première comète venue d’un autre système planétaire pourrait bien avoir été découverte. Dans l’attente de nouvelles nuits d’observation pour en préciser la trajectoire et confirmer qu’elle provient de l’extérieur du Système solaire, l’engouement pour l’objet baptisé provisoirement C/2019 Q4 est total.