Le rover chinois Zhurong communique enfin sa première image de Mars

Le 19 mai, l’agence spatiale chinoise a partagé la première photo très attendue prise par son rover Zhurong. depuis la surface de Mars.

Posé à la surface de Mars le 15 mai 2021, le rover chinois Zhurong a tardé à communiquer sa première image. Ce délai s’explique par le fait que la sonde Tianwen-1 est le seul relai de communication dont dispose la Chine pour dialoguer avec Zhurong. Or, l’orbiteur a effectué une manœuvre le 17 mai pour passer sur une orbite de 8,2 h afin de pouvoir communiquer plus fréquemment avec le rover. Ce n’est qu’à partir de là qu’une communication haute fréquence a pu être établie.

Une vaste plaine dégagée de tout obstacle 

Cette première image montre la grande plaine d’Utopia Planitia. L’agence spatiale chinoise, la CNSA, a choisi un site d’atterrissage très peu accidenté pour ne pas accumuler les risques. Et à raison, puisque Zhurong s’est posé à 33 km du centre de la zone visée. Il se trouve en fait juste en bordure de l’ellipse nominale pour son atterrissage. Le rover devra rouler plusieurs kilomètres avant de rencontrer des régions intéressantes à étudier.

Cette photo d'Utopia Planitia montre la zone elliptique prévue pour l'atterrissage de Zhurong. Il s'est posé juste à la limite de cette zone.

Une image issue d’une caméra de navigation

Cette première image historique en noir et blanc a été prise par une caméra grand angle destinée à détecter les obstacles. En raison du large champ de vision, l’image est déformée. Elle a été redressée par Thomas Appéré, habitué à retraiter les images de la Nasa.

Zhurong rover first black&white image, rectified and sharpened
La première photo produite par le rover chinois sur Mars. © CNSA/T. Appéré

Apparaissent en haut les deux antennes à basse fréquence destinées à sonder le sol de Mars et la fine rampe qui servira à Zhurong pour descendre de la plateforme d’atterrissage.

Une autre vue en couleur montre le rover lui-même. On peut voir que la moindre surface libre a été utilisée pour poser des panneaux solaires. On voit également l’antenne de communication pointée vers Tianwen-1.

Autoportrait du rover Zhurong. © CNSA

Zhurong et Tianwen-1 se séparent

Enfin, deux nouvelles vidéos montrent le moment où Zhurong s’est détaché de Tianwen-1

La course vers la Lune en toile de fond

Cette réussite marque un tournant dans la compétition spatiale. En se posant sur Mars avec succès, la Chine a réussi là où les Soviétiques et les Européens ont échoué deux fois chacun — exception faite de la sonde soviétique Mars 3 en 1971 qui est parvenue à se poser, mais a été immédiatement prise dans une tempête de sable ; sa mission s’est achevée au bout de 20 minutes. C’est dire la difficulté de l’exploit technique. C’est donc la 2e puissance spatiale après les États-Unis à vraiment réussir le défi de l'atterrissage martien. En toile de fond se joue la compétition avec les États-Unis pour envoyer des astronautes vers la Lune, et à ce stade, personne ne peut dire qui l’emportera. Mais Pékin vient en tout cas de franchir une marche importante sur ce chemin.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Exploration spatiale : que fait l’Europe ?

    A quelques semaines d’une réunion cruciale pour le futur de l’exploration spatiale en Europe, Ciel & Espace publie un hors-série exceptionnel. Présence sur la Lune, accès indépendant à l’espace, exploration robotique de Mars. Nous y faisons le tour des enjeux actuels.

  • Bill Nelson, de la Nasa : « Nous sommes dans une course à la Lune contre les Chinois »

    Participation de l’Europe au programme lunaire Artemis, rapports avec la Russie, concurrence de la Chine : l’administrateur de la Nasa détaille pour Ciel & espace les nouveaux enjeux de l’agence spatiale américaine. Une interview réalisée lors de sa venue à Paris.

  • Anneaux de Saturne : sont-ils nés d’une ancienne lune ?

    Selon des astronomes américains, un satellite aujourd’hui disparu est à l’origine de la formation des anneaux de la planète géante, ainsi que de l’inclinaison de son axe de rotation. Un scénario reposant sur la thèse d’anneaux jeunes, loin de faire l’unanimité.