Le portrait officiel de Charon

Charon vu par New Horizons le 14 juillet 2015. Crédit : NASA/JHUAPL/SwRI.

La Nasa vient de dévoiler la vue haute définition de Charon, observé le 14 juillet 2015 par la sonde New Horizons juste avant son survol de Pluton.


Une complexité inattendue


En s'approchant de Charon, les astronomes s'attendaient à découvrir un monde ancien et éteint avec une surface recouverte uniformément de cratères. Ils avaient tout faux ! Charon est un satellite très complexe, sa surface porte les stigmates d'un passé tortueux. Personne ne s'attendait à une telle variété sur un si petit corps aussi loin du Soleil.

Juste au nord de l'équateur se dessine une série de canyons sur 1600 km de long ! Soit plus que le diamètre du satellite (1207 km).


La vidéo ci-dessous montre un survol virtuel de cette zone :

« On dirait que la croûte de Charon a été ouverte en deux », estime John Spencer, géologue de la mission.
Pour voir l'image en pleine résolution, cliquez ici.

Ci-dessous un zoom sur la partie centrale.


Un océan et du volcanisme froid


Il y a moins de grands cratères au sud de cette fracture qu'au nord. Cette zone est donc plus jeune. De plus, ses plaines lisses attestent qu'il y a eu un resurfaçage. Pour le moment, les chercheurs suivent la piste du cryovolcanisme. C'est-à-dire une forme de volcanisme basée non pas sur des laves de roches, mais sur des laves de matériaux liquides à basse température comme l'eau ou l'azote.
« L'équipe débat sur un possible océan interne fait d'eau qui aurait pu geler il y a très longtemps. Le changement de volume occasionné aurait pu conduire à une fracturation de la surface de Charon, permettant ainsi à de la lave faite d'eau d'atteindre la surface à cette époque », détaille Paul Schenk, du Lunar and Planetary Institute à Houston.

Le Mordor voit rouge


L'autre détail remarquable est la zone rouge au pôle. Ici, les couleurs ont été accentuées pour la faire ressortir. Son origine a déjà fait l'objet de nombreuses discussions et l'hypothèse consensuelle qui se dégage est qu'il s'agirait de l'atmosphère de Pluton en partie capturée dans cette zone plus froide. Les hydrocarbures les plus lourds sont à l'origine de la couleur. Cette région est informellement nommée Mordor. Les amoureux de Tolkien apprécieront.


Ces images ont été envoyées vers la Terre le 21 septembre 2015. Quelques jours plus tôt, un portrait en haute définition de Pluton avait été dévoilé.
Dans le numéro de "Ciel & Espace" actuellement en kiosque, retrouvez les réactions à chaud des chercheurs en découvrant Pluton et Charon pour la première fois.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Découverte de deux trous noirs supermassifs sur le point de fusionner

    Pour la première fois, une image prise avec le télescope spatial James Webb montre deux trous noirs supermassifs très proches l’un de l’autre. La scène, qui se déroule à des milliards d’années-lumière, donne un indice sur le processus de formation des trous noirs qui occupent le centre de nombreuses galaxies.

  • Problème de propulsion pour Bepi-Colombo en route vers Mercure

    La sonde européenne en route vers Mercure fait face à un souci : ses propulseurs ioniques ne fonctionnent plus à pleine puissance. L’Agence spatiale européenne tente de déterminer l’origine du problème qui, pour l’heure, ne devrait pas menacer le prochain survol de la première planète du Système solaire.

  • Les trous noirs sont en une du Ciel & espace 595, en kiosque le 15 mai

    Au sommaire du magazine Ciel & espace de juin-juillet 2024 : les trous noirs tout proches de nous ; la bataille des géants entre l’ELT européen et le TMT américain ; l’abbé Lacaille, l’explorateur du ciel austral ; le test de la lunette Askar FRA400…