Laurence Lorda : « Qu’importe sa position sur Ryugu, Mascot fera de la science »

Laurence Lorda a calculé les trajectoires possibles de MASCOT lors de son atterrissage.© CNES/S.Charrier.
Le robot Mascot, qui a voyagé avec la sonde japonaise Hayabusa 2 vers Ryugu, se posera sur l’astéroïde début octobre. Une étape cruciale racontée par Laurence Lorda, responsable de la trajectoire de l’engin.
Depuis le 23 août 2018, on sait où atterrira Mascot (Mobile Asteroid Surface Scout), petit robot franco-allemand accroché sur le dos de Hayabusa 2. Il ira se poser dans la région appelée MA-9 dans l’hémisphère Sud de l’astéroïde Ryugu, autour duquel tourne la sonde japonaise. Mascot s’y posera le 3 octobre 2018, tandis qu’Hayabusa 2 effleurera juste sa surface pour y collecter de précieux échantillons quelques semaines après. Une fois en place, il analysera le sol grâce à quatre instruments : un microscope, un magnétomètre, un radiomètre et une caméra.

Le choix de ce site a été longuement débattu par un groupe de scientifiques qui avait déjà travaillé sur la mission Philae (lancée sur le noyau de la comète Churyumov-Gerasimenko). Le 17 août, au Japon,...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Vidéo : Les origines de l’Univers explorées avec Hervé Dole

    Hervé Dole étudie la formation et l'évolution des grandes structures (galaxies et amas de galaxies). Il participe notamment aux missions de l’ESA Planck et Euclid. En novembre 2018, il a exposé les récentes avancées dans notre connaissance de l’Univers lors des Rencontres du ciel et de l’espace (RCE).

  • Admirez l’éclipse totale de Lune du 21 janvier !

    Il faudra être un lève-tôt, ce lundi 21 janvier 2019, pour apercevoir la Lune plonger dans l’ombre de la Terre ! Un spectacle assez rare, étonnant et beau, à contempler pendant plus d’une heure en direction de l’ouest !

  • Enquête sur Asgardia : la première nation de l’espace intrigue

    Le Russe Igor Ashurbeyli a fondé voilà deux ans Asgardia, qui revendique 280 000 citoyens à travers le monde. Ce premier royaume spatial, en réalité surtout numérique, se veut pacifiste et humaniste et souhaite être reconnu par les Nations unies. Mais peut-on faire confiance à un ex-fabriquant de missiles ?