LADEE part scruter l’atmosphère lunaire

Vue d'artiste de la sonde LADEE, crédit : Nasa

Samedi 7 septembre, la sonde Nasa LADEE doit s'envoler autour de la Lune dans le but d'étudier la très fine atmosphère de notre satellite et de percer ses derniers mystères...


Un étrange phénomène


Dans les années 1960 et 1970, les astronautes des missions Apollo 8, 10, 15 et 17 ont été témoins d'un phénomène que les chercheurs ne parviennent toujours pas à expliquer : environ 10 secondes avant le lever ou le coucher du Soleil, des raies de faible luminosité émergeaient de l'horizon (voir dessins ci-dessous).

Visibles sur Terre, ces raies, de l'aube ou du crépuscule, surviennent lorsque la lumière du Soleil traverse la brume. Mais a priori, l'atmosphère lunaire est trop ténue (elle est 10 000 fois moins dense que sur Terre) pour produire les mêmes « apparitions »...

©NASA/DR. TONY PHILLIPS

Dessins réalisés par des astronautes des missions Apollo, décrivant le phénomène
des raies de l'aube et du crépuscule. ©NASA/DR. TONY PHILLIPS


C'est notamment pour comprendre ce phénomène que la Nasa envoie la sonde LADEE (Lunar Atmosphere Dust Environment Explorer) sur orbite lunaire. La sonde doit décoller samedi 7 septembre à 5h27 heure de France, avec une fusée Minotaure 5, depuis la base « Wallops Flight Facility », en Virginie (États-Unis).


La poussière lunaire en cause ?


L'un de ses objectifs : collecter et analyser la poussière présente dans l'atmosphère avec l'instrument « Lunar Dust Experiment ». Il est possible en effet qu'en frappant le sol lunaire — non protégé par une épaisse atmosphère —, les radiations solaires électrisent la poussière de surface (appelée régolite), la faisant s'élever. Couplées aux molécules d'argon, d'hélium, de sodium et de potassium qui composent la faible atmosphère, ces poussières pourraient ainsi diffuser la lumière du Soleil.


Trois instruments, 160 jours de mission


La sonde LADEE, de 380 kg, est équipée de deux autres instruments : UVS, un spectromètre sensible aux rayonnements visibles et ultraviolets, qui doit déterminer la composition de l'atmosphère, et NMS, un spectromètre de masse dont l'objectif est de mesurer la variation des éléments chimiques de l'atmosphère dans le temps. Sa mission doit durer 160 jours.


Si vous souhaitez suivre son lancement en direct, rendez-vous sur le site de Nasa TV, samedi matin, à l'aube.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Découverte de deux trous noirs supermassifs sur le point de fusionner

    Pour la première fois, une image prise avec le télescope spatial James Webb montre deux trous noirs supermassifs très proches l’un de l’autre. La scène, qui se déroule à des milliards d’années-lumière, donne un indice sur le processus de formation des trous noirs qui occupent le centre de nombreuses galaxies.

  • Problème de propulsion pour Bepi-Colombo en route vers Mercure

    La sonde européenne en route vers Mercure fait face à un souci : ses propulseurs ioniques ne fonctionnent plus à pleine puissance. L’Agence spatiale européenne tente de déterminer l’origine du problème qui, pour l’heure, ne devrait pas menacer le prochain survol de la première planète du Système solaire.

  • Les trous noirs sont en une du Ciel & espace 595, en kiosque le 15 mai

    Au sommaire du magazine Ciel & espace de juin-juillet 2024 : les trous noirs tout proches de nous ; la bataille des géants entre l’ELT européen et le TMT américain ; l’abbé Lacaille, l’explorateur du ciel austral ; le test de la lunette Askar FRA400…