La supernova de 1006 résultait d’une collision d’étoiles

Voici un peu plus de mille ans, une explosion a illuminé le ciel, brillant comme trois Vénus réunies. De cette collision stellaire, ne subsiste aujourd’hui qu’une bulle diaphane. Crédit : Nasa/CXC/C&E Photos

La supernova observée en l'an 1006 dans la constellation du Loup est d'une origine peu commune ! Elle résulterait de la collision de deux étoiles naines blanches, et non de l'explosion d'une naine blanche "gavée" de la matière d'une étoile géante voisine (une classique supernova de type Ia). C'est la conclusion d'une équipe de l'université de Barcelone et de l'Institut d'astrophysique des Canaries.

Une étoile-compagnon introuvable
Ces chercheurs ont arpenté tout le ciel autour des restes de SN1006 à la recherche de son éventuelle compagne. Et ils ont fait chou blanc, malgré la haute performance du spectrographe Uves, installé sur le VLT (Chili).

Dans le champ visé, seules quatre étoiles géantes étaient à la même distance que SN1006, soit 7000 années-lumière, mais aucune n'affichait les caractéristiques adéquates, prédites par les modèles. La catastrophe stellaire serait donc due à une collision stellaire, événement qui ne laisse aucune trace alentour...

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • La liste des 722 villes et villages étoilés de France devrait bientôt s’allonger

    L’ANPCEN, association qui milite pour la protection du ciel nocturne, a lancé en juin l’édition 2024 de son concours « villes et villages étoilés ». 722 communes ont déjà obtenu ce label par le passé. Nous en publions la liste intégrale, retrouvez-les sur notre carte !

  • Destruction en vol d’une Falcon 9 de SpaceX : quelles conséquences ?

    Dans la nuit du 11 au 12 juillet, le deuxième étage de la fusée Falcon 9 s’est endommagé juste avant la mise sur orbite de ses satellites. Ce premier échec depuis 2016 n’est pas sans répercussion sur un calendrier chargé de lancements, parmi lesquels des vols habités prévus dès cet été.

  • To the Moon, le film qui ne choisit pas

    L’État américain aurait imposé à la Nasa de tourner en studio les premiers pas sur la Lune de Neil Armstrong, pour que la victoire par l’image sur les Russes soit totale. Tel est le propos de « To the Moon », qui sort dans les cinémas en France le 10 juillet ; un film présenté comme une comédie, mais qui oscille entre plusieurs genres sans jamais choisir.