La supernova de 1006 résultait d’une collision d’étoiles

Voici un peu plus de mille ans, une explosion a illuminé le ciel, brillant comme trois Vénus réunies. De cette collision stellaire, ne subsiste aujourd’hui qu’une bulle diaphane. Crédit : Nasa/CXC/C&E Photos

La supernova observée en l'an 1006 dans la constellation du Loup est d'une origine peu commune ! Elle résulterait de la collision de deux étoiles naines blanches, et non de l'explosion d'une naine blanche "gavée" de la matière d'une étoile géante voisine (une classique supernova de type Ia). C'est la conclusion d'une équipe de l'université de Barcelone et de l'Institut d'astrophysique des Canaries.

Une étoile-compagnon introuvable
Ces chercheurs ont arpenté tout le ciel autour des restes de SN1006 à la recherche de son éventuelle compagne. Et ils ont fait chou blanc, malgré la haute performance du spectrographe Uves, installé sur le VLT (Chili).

Dans le champ visé, seules quatre étoiles géantes étaient à la même distance que SN1006, soit 7000 années-lumière, mais aucune n'affichait les caractéristiques adéquates, prédites par les modèles. La catastrophe stellaire serait donc due à une collision stellaire, événement qui ne laisse aucune trace alentour...

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Matériel d'observation : l'indispensable guide d'achat

    Nous venons de publier une nouvelle édition numérique du numéro spécial matériel #2 regroupant nos tests de lunettes, de montures, d’oculaires et de jumelles. En tout, vous retrouverez 90 tests de matériel à travers les deux numéro spéciaux, le 1er est consacré aux télescopes. Ils sont accessibles sur notre site web ou dans notre application « Ciel et Espace, Le + »

  • Un nouveau scénario pour l’origine des anneaux de Saturne

    Depuis que la composition et la masse des anneaux de Saturne sont mieux connues, grâce notamment à la sonde Cassini, les astronomes multiplient les modèles pour décrire leur formation. Mais aussi leur âge. Un chercheur de l’université de Toronto s’y colle cette fois avec, au départ de tout, une collision entre un satellite de Saturne et une comète.

  • L’insoutenable gravité de l’Univers, expliquée par Gabriel Chardin

    La gravitation reste une énigme. Elle résiste toujours à la physique quantique, qui décrit l’infiniment petit… Et si l’antimatière était la clé du mystère, comme le propose le théoricien Gabriel Chardin ?