La supernova de 1006 résultait d’une collision d’étoiles

Voici un peu plus de mille ans, une explosion a illuminé le ciel, brillant comme trois Vénus réunies. De cette collision stellaire, ne subsiste aujourd’hui qu’une bulle diaphane. Crédit : Nasa/CXC/C&E Photos

La supernova observée en l'an 1006 dans la constellation du Loup est d'une origine peu commune ! Elle résulterait de la collision de deux étoiles naines blanches, et non de l'explosion d'une naine blanche "gavée" de la matière d'une étoile géante voisine (une classique supernova de type Ia). C'est la conclusion d'une équipe de l'université de Barcelone et de l'Institut d'astrophysique des Canaries.

Une étoile-compagnon introuvable
Ces chercheurs ont arpenté tout le ciel autour des restes de SN1006 à la recherche de son éventuelle compagne. Et ils ont fait chou blanc, malgré la haute performance du spectrographe Uves, installé sur le VLT (Chili).

Dans le champ visé, seules quatre étoiles géantes étaient à la même distance que SN1006, soit 7000 années-lumière, mais aucune n'affichait les caractéristiques adéquates, prédites par les modèles. La catastrophe stellaire serait donc due à une collision stellaire, événement qui ne laisse aucune trace alentour...

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Le numéro 573 de Ciel & Espace est en kiosques : Les extraterrestres sont-ils verts ?

    S’ils existent, pourquoi les extraterrestres ne sont-ils toujours pas arrivés sur Terre ? Cette question posée voici plusieurs décennies par le prix Nobel de physique Enrico Fermi a suscité plus de 70 réponses possibles. La plus récente est pour le moins étonnante : c’est parce qu’ils seraient écolos…

  • De la vie découverte sur Vénus ? Pourquoi ce n’est pas si simple

    La découverte de phosphine dans l’atmosphère de Vénus, une molécule présentée comme une « biosignature », a fait bruisser la toile pendant plusieurs jours avant l’annonce officielle de ce 14 septembre 2020. Il y a pourtant peu de chances pour que cette détection ait un quelconque rapport avec la vie extraterrestre.

  • Les pluies de la jeune Mars quantifiées pour la première fois

    Il ne pleut plus sur la planète Mars aujourd’hui, mais il a plu voici plusieurs milliards d’années. En quelle quantité ? Sous quelle forme ? Pour la première fois, des chercheurs ont quantifié ces précipitations extraterrestres.