La station chinoise Tiangong-1 s'apprête à plonger vers la Terre

La station Tiangong-1, vue à 270 km d'altitude par l'antenne radar TIRA (34 m). © Fraunhofer FHR
Hors de contrôle, la station spatiale chinoise Tiangong-1 ne tourne plus désormais qu'à 210 km de la surface de la Terre. Elle devrait plonger et se consumer partiellement dans l'atmosphère d'ici une semaine ou deux.

On ne sait toujours pas où et quand exactement Tiangong-1 s'écrasera sur Terre, mais les experts qui la suivent au radar ont la certitude que sa chute est désormais imminente. Après avoir perdu 50 km d'altitude en deux mois, le frottement de l'atmosphère sur sa carcasse de 10 mètres par 3 est désormais suffisant pour la faire plonger vers le sol, en quelques jours.

La petite station spatiale de 8,5 tonnes – qui a plus à voir en réalité avec un étage de fusée qu'avec un vaisseau comme l'ISS (400 tonnes) – devrait brûler en grande partie pendant sa chute. Il est fort probable cependant que des débris d'une cinquantaine de kilos frappent le sol à près de 400 km/h.

Zones d'impact possibles pour les débris de Tiangong-1 (zoom). Crédit : www.satflare.com

Les régions au-delà de 42,8° de latitude nord et 42,8° de latitude sud sont assurées de ne pas être frappées par les restes du « Palais céleste » (traduction de « Tiangong-1 »). En France, seules la région de Perpignan et la Corse se trouvent dans les zones de chute possibles.

Pour en savoir plus, lisez notre interview de Christophe Bonnal, expert senior à la direction des lanceurs du Cnes.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Le chasseur d'exoplanètes TESS lancé avec succès

    Le successeur du télescope spatial Kepler a été lancé ce 19 avril 2018, à 0 h 51 heure française, par une fusée Falcon 9 de la compagnie Space X. Sa chasse aux exoplanètes proches devrait durer au moins deux ans.

  • Podcast : Des Terres qui basculent !

    Les formations géologiques à la surface des exoplanètes synchrones se déplacent en permanence ! Cet étrange effet, prédit par le planétologue Jérémy Leconte, pourrait avoir des conséquences sur l'habitabilité de certains mondes récemment découverts. Interview.

  • La sonde TGO à pied d’œuvre autour de Mars

    Le vaisseau de l’Agence spatiale européenne Trace Gas Orbiter (TGO) est sur le point d’entamer sa mission : détecter et analyser les gaz présents en faible proportion dans l’atmosphère martienne. Il est arrivé sur son orbite finale, à environ 400 km de la surface de Mars en février 2018.