La Chine ne maîtrise pas la chute de sa station spatiale

Station chinoise Tiangong 1. ©DR
La première station spatiale chinoise Tiangong-1, bientôt remplacée par Tiangong-2, tombera sur Terre d’ici la fin 2017. Problème : la Chine ignore où et quand.

De nombreux satellites retombent sur Terre une fois désactivés. La question est plus problématique lorsqu’elle concerne une station spatiale. Le 14 septembre 2016, la Chine tenait une conférence de presse afin d’annoncer le lancement de sa nouvelle station Tiangong-2. La responsable du département spatial, Wu Ping, en a profité pour confirmer que la première station, Tiangong-1, allait chuter sur terre comme prévu… durant la seconde moitié de 2017.

L’absence de précision est de mise dans ses propos : « D’après nos calculs, la majeure partie de la station se désintégrera dans l’atmosphère », assure la responsable. Quant à la partie toujours solide, elle assure que son pays « publiera un communiqué en temps voulu et si nécessaire » afin de prévenir de possibles impacts. Autant de précautions de langage qui montrent qu’un incident technique non communiqué semble empêcher toute descente contrôlée de la station.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Hayabusa 2 interrompt son essai d’approche de l’astéroïde Ryugu

    La sonde japonaise Hayabusa 2 a entrepris le 12 septembre 2018 une répétition générale de descente vers l’astéroïde Ryugu. Celle-ci a dû être arrêtée avant son terme.

  • Podcast : Les spectacles célestes de la rentrée

    En ce mois de septembre, la Lune s'approche des Pléiades, puis rend successivement visite à Vénus, Jupiter, Saturne et Mars. Bernard Nomblot nous fait visiter le cratère Hipparque et Jean-Luc Dauvergne nous révèle les trésors cachés du Verseau. Découvrez aussi leurs coups de coeur !

  • Une fuite d’air à bord de l’ISS

    De l’air s’échappe de l’ISS depuis la nuit du 29 août 2018, entraînant une lente dépressurisation de l’habitacle. Heureusement, l’équipage n’est pas en danger et a localisé la fuite.