L’insoutenable gravité de l’Univers, expliquée par Gabriel Chardin

Gabriel Chardin, physicien théoricien, directeur de recherche au CNRS. © AFA/C&E
La gravitation reste une énigme. Elle résiste toujours à la physique quantique, qui décrit l’infiniment petit… Et si l’antimatière était la clé du mystère, comme le propose le théoricien Gabriel Chardin ?

Plus d’un siècle après la théorie de la relativité générale élaborée par Einstein, la gravitation reste une énigme. Alors que c’est la force la plus immédiate à nos sens ! La découverte des ondes gravitationnelles, témoins des premiers instants de l’Univers, constitue une nouveauté forte, mais les résultats obtenus sont difficiles à expliquer par le modèle cosmologique standard, censé décrire notre monde de la façon la plus précise possible… Et s’il fallait carrément changer de modèle d’Univers pour résoudre l’énigme ? 

Pour le théoricien Gabriel Chardin, directeur de recherche au CNRS et auteur de L’insoutenable gravité de l’Univers, la solution a peut-être pour nom… l’antimatière, dont personne ne sait bien où elle est passée après le big bang. Au lieu de graviter, comme chacun d’entre nous, l’antimatière antigraviterait… Avec elle, plus besoin de recourir ni à l’énergie noire ni à la matière noire. L’histoire de l’Univers est enfin livrée sans zone d’ombre  !

Ecoutez notre interview radio de Gabriel Chardin.

Découvrez nos autres conférences des Rencontres 2018

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Le numéro 573 de Ciel & Espace est en kiosques : Les extraterrestres sont-ils verts ?

    S’ils existent, pourquoi les extraterrestres ne sont-ils toujours pas arrivés sur Terre ? Cette question posée voici plusieurs décennies par le prix Nobel de physique Enrico Fermi a suscité plus de 70 réponses possibles. La plus récente est pour le moins étonnante : c’est parce qu’ils seraient écolos…

  • De la vie découverte sur Vénus ? Pourquoi ce n’est pas si simple

    La découverte de phosphine dans l’atmosphère de Vénus, une molécule présentée comme une « biosignature », a fait bruisser la toile pendant plusieurs jours avant l’annonce officielle de ce 14 septembre 2020. Il y a pourtant peu de chances pour que cette détection ait un quelconque rapport avec la vie extraterrestre.

  • Les pluies de la jeune Mars quantifiées pour la première fois

    Il ne pleut plus sur la planète Mars aujourd’hui, mais il a plu voici plusieurs milliards d’années. En quelle quantité ? Sous quelle forme ? Pour la première fois, des chercheurs ont quantifié ces précipitations extraterrestres.