L’éclipse vue depuis la stratosphère

L'éclipse de Soleil vue depuis la stratosphère le 20 mars 2015. Crédit : Sylvain Chapeland.

Pour observer l'éclipse totale de Soleil du 20 mars 2015, quelques passionnés n'ont pas hésité à grimper dans la stratosphère pour se donner 100 % de chances de beau temps.


« Nous sommes partis à 7 h TU de Paris pour rejoindre la trajectoire, et nous sommes allés pas très loin des îles Féroé par 63° N et 7° W. Pour nous, le maximum de l'éclipse a eu lieu à 9 h 44 TU pour une durée totale de 3 min 50 s », raconte l'astronome amateur Sylvain Chapeland.


D'autres avions faisaient partie de l'expédition organisée par le chasseur d'éclipses Xavier Jubier. Ce passionné n'en rate aucune, et va même les chercher jusqu'en Antarctique !


Soleil noir à 14000 m d'altitude
Cette fois-ci, il a affrété 4 avions d'affaires Falcon 7X (14 places), au départ du Bourget et de Genève. Pour la phase de totalité, les appareils ont grimpé à 14 000 m d'altitude afin de naviguer dans des couches d'atmosphère stables.
Ci-dessous, le résultat en vidéo. Dans la partie vue au grand-angle entre 0'27'' et 0'40'', le temps a été accéléré :

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Vidéo : Les origines de l’Univers explorées avec Hervé Dole

    Hervé Dole étudie la formation et l'évolution des grandes structures (galaxies et amas de galaxies). Il participe notamment aux missions de l’ESA Planck et Euclid. En novembre 2018, il a exposé les récentes avancées dans notre connaissance de l’Univers lors des Rencontres du ciel et de l’espace (RCE).

  • Admirez l’éclipse totale de Lune du 21 janvier !

    Il faudra être un lève-tôt, ce lundi 21 janvier 2019, pour apercevoir la Lune plonger dans l’ombre de la Terre ! Un spectacle assez rare, étonnant et beau, à contempler pendant plus d’une heure en direction de l’ouest !

  • Enquête sur Asgardia : la première nation de l’espace intrigue

    Le Russe Igor Ashurbeyli a fondé voilà deux ans Asgardia, qui revendique 280 000 citoyens à travers le monde. Ce premier royaume spatial, en réalité surtout numérique, se veut pacifiste et humaniste et souhaite être reconnu par les Nations unies. Mais peut-on faire confiance à un ex-fabriquant de missiles ?