L’éclipse vue depuis la stratosphère

L'éclipse de Soleil vue depuis la stratosphère le 20 mars 2015. Crédit : Sylvain Chapeland.

Pour observer l'éclipse totale de Soleil du 20 mars 2015, quelques passionnés n'ont pas hésité à grimper dans la stratosphère pour se donner 100 % de chances de beau temps.


« Nous sommes partis à 7 h TU de Paris pour rejoindre la trajectoire, et nous sommes allés pas très loin des îles Féroé par 63° N et 7° W. Pour nous, le maximum de l'éclipse a eu lieu à 9 h 44 TU pour une durée totale de 3 min 50 s », raconte l'astronome amateur Sylvain Chapeland.


D'autres avions faisaient partie de l'expédition organisée par le chasseur d'éclipses Xavier Jubier. Ce passionné n'en rate aucune, et va même les chercher jusqu'en Antarctique !


Soleil noir à 14000 m d'altitude
Cette fois-ci, il a affrété 4 avions d'affaires Falcon 7X (14 places), au départ du Bourget et de Genève. Pour la phase de totalité, les appareils ont grimpé à 14 000 m d'altitude afin de naviguer dans des couches d'atmosphère stables.
Ci-dessous, le résultat en vidéo. Dans la partie vue au grand-angle entre 0'27'' et 0'40'', le temps a été accéléré :

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Interview : Brian May, la musique et l’astro en stéréo

    Le guitariste du groupe Queen a trois passions : la musique, bien sûr, mais aussi l’astronomie et l’imagerie 3D. Brian May nous a raconté comment il jongle entre les trois.

  • Mu Cephei expulse de la matière par bouffées

    Pour la première fois, des astronomes ont réalisé une carte 3D des phénomènes de perte de masse d’une supergéante rouge. Des images exceptionnelles obtenues grâce au réseau d’antennes de l’observatoire NOEMA (Northern Extended Millimeter Array), implanté dans les Alpes françaises.

  • Sonde Bepi-Colombo : les défis d’un voyage vers Mercure

    Située à “seulement” 58 millions de kilomètres du Soleil, Mercure présente des difficultés particulières pour tout visiteur spatial. Didier Morançais (Airbus) détaille les défis techniques à relever pour amener la sonde Bepi-Colombo aux abords de la première planète.