L’arrivée périlleuse du module Nauka a mis l’ISS en état d’urgence

Le module Nauka (second plan, gauche) et la capsule Soyuz Gagarin (premier plan, droite) amarrées à l'ISS. Crédit : O. Novitskiy
Trois heures après l’amarrage du module russe Nauka, ses propulseurs se sont allumés par surprise, provoquant une perte de contrôle de l’attitude de la Station spatiale internationale.

Gros coup de pression à bord de la Station spatiale internationale (ISS). Trois heures après son amarrage, complété non sans mal jeudi 29 juillet à 15h30 (heure de Paris), le nouveau module russe Nauka est devenu hors de contrôle. A 18h34, les propulseurs du cylindre de 24 tonnes se sont subitement rallumés, alors que les deux cosmonautes à bord de la station s’apprêtaient à ouvrir la trappe pour y accéder. Le temps que les centres de contrôles à Moscou et Houston identifient le problème, l’ISS s’est mise à tourner sur elle-même, dans le sens du tangage, à une vitesse d’un demi degré par seconde. 

Mauvaise attitude

Une perte de contrôle d’attitude peut engendrer la mauvaise inclinaison de ses panneaux solaires, et donc la chute de la puissance électrique disponible, voire dégrader les communications avec le sol, qui emploient usuellement un lien radio passant par les satellites géostationnaires. Sans possibilité d’éteindre les propulseurs de Nauka, les équipes au sol ont ordonné l’allumage d’autres propulseurs à bord de l’ISS, notamment ceux des modules Zvezda et Progress, pour contrecarrer cette rotation. Comme le rapporte Eric Berger pour ArsTechnica, entre 18h42 (horaire de perte de contrôle de l’attitude de l’ISS) et 19h29 (reprise du contrôle après épuisement du carburant dans Nauka), l’ISS s’est inclinée jusqu’à 45° par rapport à son alignement nominal. “Je n’avais jamais [...] eu à déclarer une urgence sur la station spatiale”, a déclaré sur Twitter Zebulon Scoville, directeur du vol de Nauka depuis Houston.

[Mise à jour du 9 septembre 2021 : Le 3 août 2021, la Nasa a annoncé que l'ISS avait en réalité effectué une rotation totale de 540°, soit 1 tour et demi, avant reprise du contrôle de son attitude]

Thomas Pesquet, ses six collègues à bord et le personnel au sol vont consacrer la journée de vendredi 30 juillet à s’assurer que l’incident n’a eu aucune conséquence sur la structure de l’ISS. Un check-up complet qui pousse au report du décollage de la capsule Starliner de Boeing, au plus tôt le 3 août à 17h20.

Le module Nauka pendant sa phase d'approche photographiée depuis l'ISS. Crédit: Oleg Novitskiy

Péripéties en amont

Pendant son voyage vers l’ISS, Nauka, de son autre nom MLM (pour Multipurpose Laboratory Module), a connu plusieurs déboires. Parti le 21 juillet à bord d’une fusée Proton, l’engin de 13 mètres n’a initialement pas su allumer ses moteurs une fois inséré en orbite terrestre. 24h d’analyse du problème plus tard, l’usage de moteurs secondaires a enfin permis au module de rencontrer l’ISS, au terme d'un voyage de 8 jours. Après avoir entamé son approche finale le 29 juillet à 15h17, le vaisseau a dû effectuer de nombreuses corrections de trajectoire dans la dernière centaine de mètres. Il a enfin pris la place du module Pirs, désorbité au-dessus du Pacifique le 26 juillet après 20 ans de services sur l’ISS.

Station étendue

Le MLM est aujourd’hui le plus gros module russe de la station spatiale. 20% plus imposant que Zvezda. En plus de servir de laboratoire, Nauka contient un port d’amarrage, un sas de décompression pour les sorties extravéhiculaires, ainsi qu’une cabine supplémentaire où peut dormir un astronaute. Sa paroi arbore également le bras robotique européen ERA, destiné aux opérations de maintenance à l’extérieur du segment russe.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Découverte de deux trous noirs supermassifs sur le point de fusionner

    Pour la première fois, une image prise avec le télescope spatial James Webb montre deux trous noirs supermassifs très proches l’un de l’autre. La scène, qui se déroule à des milliards d’années-lumière, donne un indice sur le processus de formation des trous noirs qui occupent le centre de nombreuses galaxies.

  • Problème de propulsion pour Bepi-Colombo en route vers Mercure

    La sonde européenne en route vers Mercure fait face à un souci : ses propulseurs ioniques ne fonctionnent plus à pleine puissance. L’Agence spatiale européenne tente de déterminer l’origine du problème qui, pour l’heure, ne devrait pas menacer le prochain survol de la première planète du Système solaire.

  • Les trous noirs sont en une du Ciel & espace 595, en kiosque le 15 mai

    Au sommaire du magazine Ciel & espace de juin-juillet 2024 : les trous noirs tout proches de nous ; la bataille des géants entre l’ELT européen et le TMT américain ; l’abbé Lacaille, l’explorateur du ciel austral ; le test de la lunette Askar FRA400…