Interview de Jean-Paul Aguttes, du Geipan : « L’extraterrestre fait partie du job »

Jean-Paul Aguttes, responsable du Geipan. © P. Henarejos/C&E
Un service du Cnes, le Geipan, recueille et analyse les témoignages de « phénomènes aérospatiaux non-identifiés » observés en France. Comment travaille-t-il ? Avec quels résultats ? Rencontre avec son responsable, Jean-Paul Aguttes.
Depuis plus de quarante ans, un service du Cnes (l’agence spatiale française) collecte les témoignages de phénomènes étranges observés dans le ciel. Ceux que l’on appelait autrefois les ovnis ont ainsi fait l’objet d’études nombreuses et minutieuses qui ont conduit, peu à peu, à réduire la part d’inexpliqué à une proportion très faible. « Seulement 1 % de cas par an restent inexpliqués », indique Jean-Paul Aguttes, responsable depuis 2016 de ce service, le Geipan (Groupe d’études et d’information sur les phénomènes aérospatiaux non-identifiés). Reste-t-il aujourd’hui une petite place pour les extraterrestres ?

Ciel & Espace : Qu’est-ce que le Geipan ? Combien de personnes y travaillent ?

Jean-Paul Aguttes : Notre mission est de répondre au
...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Fin de parcours pour les fusées russes Proton

    La Russie va mettre fin à la production de ses lanceurs Proton, conçus dans les années 1960 et qui avaient notamment servi à satelliser les stations Saliout ainsi que les modules de la station Mir ou encore de l’ISS.

  • Découverte d’eau sur l’exoplanète K2-18b… mais pas d'eau liquide

    Pour la première fois, des chercheurs ont détecté de l’eau dans l’atmosphère d’une exoplanète située dans la zone habitable de son étoile. Mais attention, cette eau n’est probablement pas liquide. Et la planète en question, K2-18b, est loin d’être une jumelle de la Terre.

  • Les astronomes traquent la première comète interstellaire

    Alerte ! La première comète venue d’un autre système planétaire pourrait bien avoir été découverte. Dans l’attente de nouvelles nuits d’observation pour en préciser la trajectoire et confirmer qu’elle provient de l’extérieur du Système solaire, l’engouement pour l’objet baptisé provisoirement C/2019 Q4 est total.