Hubble scrute un trou noir de masse intermédiaire

La galaxie ESO 243-49 et son trou noir intermédiaire vus par le télescope Hubble. Crédit : NASA/ESA/C&E Photos

Depuis 2009, les astronomes sont convaincus que l'intense source de rayons X qu'ils ont détectée à 290 millions d'années-lumière dans la galaxie ESO 243-49 trahit un trou noir de masse intermédiaire. Malgré plusieurs indices accumulés notamment grâce à des observations menées avec les satellites XMM-Nexton et Swift, il fallait en avoir le cœur net.

C'est ce qu'a fait Sean Farell, du Sydney Institute for Astronomy (Australie), à l'aide du télescope spatial Hubble. Grâce à cette image, il a pu analyser la lumière visible et ultraviolette provenant de la source de rayons X baptisée HLX-1. Celle-ci est visible sur la photo au-dessus du plan de la galaxie ESO 243-49 ; c'est le point bleu le plus intense à gauche du bulbe galactique.

Il apparaît que la lumière bleue de HLX-1 est due non seulement à des étoiles jeunes d'un amas, mais aussi à un disque d'accrétion.

Couplées aux données précédentes, ces découvertes permettent de confirmer qu'un trou noir d'environ 20000 masses solaires se cache au cœur de HLX-1.

Il s'agit d'un trou noir intermédiaire, bien plus massif que les trous noirs stellaires (quelques masses solaires), mais nettement plus léger que les trous noirs hypermassifs au centre de nombreuses galaxies (plusieurs millions de masses solaires). L'existence de tels trous noirs était encore hypothétique en 2008. HLX-1 était l'un des plus sérieux candidats. Il se confirme aujourd'hui.

Philippe Henarejos, le 15 février 2012

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • La sonde Osiris-Rex observe une éjection de particules sur l’astéroïde Bennu

    La Nasa a diffusé cette nuit une image spectaculaire de l’astéroïde Bennu, rejoint par sa sonde Osiris-Rex en décembre 2018. On y voit des particules éjectées du petit corps.

  • Sismographe stellaire

    Le 20 janvier 2019, au Chili, le Télescope d'action rapide pour objets transitoires (TAROT) a été victime d’un séisme. Heureusement, aucun dégât n’a été causé. Reste cette image étonnante.

  • Un œil dans le Sagittaire

    Pour célébrer la première lumière de ses quatre télescopes au complet, l'équipe de l'observatoire Speculoos, au Chili, a pointé la galaxie spirale NGC 6902, dans la constellation du Sagittaire. Speculoos sera consacré à la recherche des planètes extrasolaires autour des étoiles les plus petites et les plus froides du voisinage solaire.