États-Unis, Chine : les raisons du retour d’astronautes sur la Lune

Cinquante ans après Apollo, l’humanité compte revenir sur la Lune. Mieux, deux puissances spatiales affichent cette même ambition. Mais est-ce pour des raisons scientifiques, économiques ou politiques ? Réponse.
Cap Kennedy, en Floride. Nous sommes en 2034. Sur le pas de tir 39B, Thomas Pesquet monte en ascenseur tout en haut de l’immense fusée SLS. Il s’installe dans la capsule Orion qui la coiffe à 100 m d’altitude. Le Français part vers la Lune. En échange de la construction d’un atterrisseur lunaire, l’Agence spatiale européenne (ESA) a négocié trois sièges pour ses astronautes dans le vaisseau américain. En vétéran, Thomas Pesquet est le premier choisi. La fusée de la Nasa s’apprête à rugir. Mais alors que le compte à rebours retentit dans son casque, l’astronaute est frappé par une question existentielle : « Pourquoi est-on retourné sur la Lune ? » Si une telle situation relève du récit d’anticipation, et l’interrogation soudaine de Thomas Pesquet
Cap Kennedy, en Floride. Nous sommes en 2034. Sur le pas de tir 39B, Thomas Pesquet monte en ascenseur tout en haut de l’immense fusée SLS. Il s’installe dans la capsule Orion qui la coiffe à 100 m d’altitude. Le Français part vers la Lune. En échange de la construction d’un atterrisseur lunaire, l’Agence spatiale européenne (ESA) a négocié trois sièges pour ses astronautes dans le vaisseau américain. En vétéran, Thomas Pesquet est le premier choisi. La fusée de la Nasa s’apprête à rugir. Mais alors que le compte à rebours retentit dans son casque, l’astronaute est frappé par une question existentielle : « Pourquoi est-on retourné sur la Lune ? »

Si une telle situation relève du récit d’anticipation, et l’interrogation soudaine de Thomas Pesquet
...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • A observer : Callisto joue avec l’ombre de Jupiter le 30 septembre

    C’est une éclipse partielle d’un type extrêmement rare que les amateurs peuvent tenter de suivre le vendredi 30 septembre au matin : le satellite Callisto vient flirter avec l’ombre de Jupiter. Le phénomène est si rare que les logiciels en perdent leur latin ! Pour en avoir le cœur net, nous vous invitons à l’observer.

  • La sonde DART a percuté l’astéroïde Dimorphos

    Les images sont spectaculaires. Et elles ont été diffusées en direct : la sonde américaine DART s’est approchée de sa cible à 23000 km/h en prenant des photos de plus en plus rapprochées. Jusqu’à l’impact, provoqué pour mesurer la déviation qu’il est possible d’induire sur un astéroïde.

  • Philippe Baptiste, président du Cnes : « Il faut réguler les activités sur la Lune »

    S’accorder sur l’exploration de la Lune, collaborer avec d’autres agences spatiales que sont les États-Unis ou la Chine, mais aussi développer des programmes qui nous sont propres : le président du Cnes détaille la voie de l’agence spatiale française.