Enquête : Investir dans la météorite est-il un bon filon ?

Le chasseur de météorites Gérard Merlier (à droite). © A. Bogaert/C&E
Encore récent, le marché de la météorite se développe rapidement. Acheter un caillou venu de l’espace peut être financièrement intéressant à condition de savoir bien le choisir, d’y mettre les moyens, d’être patient. Et de pousser la porte d’un tout petit monde aux règles bien établies.
Costume rouge pour ne surtout pas passer inaperçu, le commissaire-priseur Aymeric Rouillac tend une nouvelle fois le micro à Gérard Merlier. L’homme aux traits anguleux et au regard vif se lance volontiers dans les explications. Cette météorite-là, « une très, très belle pièce » — toutes le sont, à l’entendre —, il l’a découverte au Maroc dans les années 2000. C’est une chondrite ordinaire, la catégorie la plus commune de météorites, formées il y a 4,5 milliards d’années. « C’est la mémoire de notre Système solaire, issue d’astéroïdes circulant entre Mars et Jupiter. » L’auditoire — une trentaine de personnes dans l’hôtel de ventes de Vendôme (Loir-et-Cher) en ce jeudi 28 février, et quelque 70 autres en ligne — écoute poliment. Caméras...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Alexei Leonov, premier piéton de l’espace, est mort

    Le 18 mars 1965, vêtu de son scaphandre, il avait été le premier humain à sortir de son vaisseau spatial pour flotter librement dans l’espace. Le Russe Alexei Leonov, qui avait aussi participé à la mission Apollo-Soyouz en 1975, est mort à l’âge de 85 ans.

  • Matière noire : donnez votre corps à la science !

    Vous n’avez pas encore été transpercé par une particule de matière noire macroscopique ? Si elle existe, c’est donc qu’elle fait plus de 50 kg ! Tel est le résultat d’une étude très sérieuse qui considère le corps humain comme… un détecteur de matière noire.

  • La sonde Juno sauve sa mission grâce à une manœuvre inédite

    Pour éviter l’ombre de Jupiter, Juno a dû allumer ses moteurs pendant plus de 10 heures afin de changer de trajectoire. Une manœuvre risquée mais réussie qui prolonge la mission autour de la planète géante.