En 50 ans, Bételgeuse n’a jamais été aussi faible

Emmanuel Paoly
Formant l’épaule droite du chasseur légendaire Orion, l’étoile Bételgeuse a perdu de sa superbe. Cette géante rouge diminue d’éclat depuis Octobre et atteint un minimum historique.

Dans Orion, deux étoiles dominent : la géante bleue Rigel en bas à droite du quadrilatère formé par la constellation, et la géante rouge Bételgeuse en haut à gauche. Or, depuis quelques semaines, celle-ci a fortement perdu de son éclat, comme le montre la photo ci-dessus. Elle a été prise le 4 décembre 2019 par l’astrophotographe Emmanuel Paoly. L’étoile la plus brillante en bas est Sirius. Ce jalon permet de retrouver Orion en haut à droite, sous la forme d’un grand quadrilatère vertical. En temps normal, Bételgeuse rivalise d’éclat avec Rigel. Mais actuellement son éclat est plutôt comparable à celui de Bellatrix (l’autre épaule d’Orion). Sa magnitude a dépassé la barre de +1 (1,12 le 7 décembre), alors qu’elle peut être jusqu’à 2,3 fois plus lumineuse (magnitude 0,2).

Une étoile aux variations complexes

Les changements d’éclat de cet astre sont connues. Il s’agit d’une étoile variable, mais elle est assez irrégulière, et il faut remonter jusqu’en 2008 pour trouver un minimum d’éclat comparable (sans être aussi bas qu’actuellement). En fait, l’éclat de Bételgeuse varie principalement en suivant une période de 420 jours, mais elle a également deux autres périodicités de 5 à 6 ans et 100 à 180 jours. Ces variations sont complexes car elles dépendent de la pulsation physique de l’étoile — l’astre gonfle et dégonfle — mais aussi de vastes cellules convectives.

Bételgeuse est surveillée attentivement en continu depuis 25 ans, mais nous disposons de mesures photométriques sur 50 ans en tout. Ces données permettent aux astronomes d’affirmer qu’elle n’a jamais connu de baisse d’éclat aussi forte depuis un demi-siècle. Sa surface a perdu 80°C en moyenne par rapport à une période de maximum d’éclat.  

Nous vous invitons à observer vous-même cette baisse de luminosité. La constellation est facile à localiser. Le 12 décembre 2019, par exemple, elle se trouve juste sous la Pleine Lune. Orion culmine au-dessus de l’horizon sud en milieu de nuit. Si la figure de cette constellation vous est familière, son aspect vous étonnera au premier regard.

 

Deux titres actuellement en kiosque, ou disponibles sur notre boutique web

le magazine Ciel & espace n°568, de décembre 2019-janvier 2020, avec son Calendrier astro 2020

et notre hors-série l’Almanach du ciel 2020

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Artemis 1 : le vaisseau Orion au plus loin de la Terre filme une éclipse

    La capsule Orion a accompli la moitié de sa mission Artemis 1. Ce faisant, le vaisseau de la Nasa a atteint son maximum de distance à la Terre, qu’il a vue disparaître un instant, éclipsée par la Lune.

  • Hubble dans les bras de NGC 7038

    L’équipe du télescope spatial Hubble diffuse une nouvelle image de la galaxie spirale NGC 7038, située à 200 millions d’années-lumière dans la constellation australe de l’Indien. Une vision hypnotisante !

  • Pour la troisième fois, Artemis 1 rejoint son pas de tir

    La fusée Space Launch System de la mission Artemis 1 a quitté son bâtiment d'assemblage pour s'acheminer vers son aire de lancement 39B du centre spatial Kennedy, en Floride. Après deux tentatives avortées fin août et début septembre, elle doit décoller vers la Lune le 16 novembre 2022.