Découverte : des étoiles exotiques dans notre galaxie

Vue d’artiste du disque de notre galaxie vue par la tranche. © ESO
Une des premières études réalisées avec les nouvelles données du satellite Gaia indique que deux populations d’étoiles vivent dans le halo de la Voie lactée. L’une d’elles pourrait avoir une origine extragalactique.
Une des avancées permises par le deuxième catalogue de données du satellite Gaia était bien cachée dans les méandres d’un diagramme Hertzsprung-Russell (ou diagramme H-R). Conçu au XXe siècle, ce graphique résume toutes les étapes de la vie d’une étoile. Notre Soleil et la plupart des étoiles se trouvent sur la branche centrale du diagramme, aussi appelée séquence principale, qui regroupe les étoiles arrivées à l’âge adulte. Leur réacteur nucléaire fonctionne à plein régime, elles consomment l’hydrogène de leur cœur pour le transformer en hélium.

Justement, selon les observations de Gaia, les étoiles de la séquence principale vivant dans le halo de la Voie lactée se scindent en deux groupes différents. Ce phénomène semble unique à cette région gigantesque...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Fin de parcours pour les fusées russes Proton

    La Russie va mettre fin à la production de ses lanceurs Proton, conçus dans les années 1960 et qui avaient notamment servi à satelliser les stations Saliout ainsi que les modules de la station Mir ou encore de l’ISS.

  • Découverte d’eau sur l’exoplanète K2-18b… mais pas d'eau liquide

    Pour la première fois, des chercheurs ont détecté de l’eau dans l’atmosphère d’une exoplanète située dans la zone habitable de son étoile. Mais attention, cette eau n’est probablement pas liquide. Et la planète en question, K2-18b, est loin d’être une jumelle de la Terre.

  • Les astronomes traquent la première comète interstellaire

    Alerte ! La première comète venue d’un autre système planétaire pourrait bien avoir été découverte. Dans l’attente de nouvelles nuits d’observation pour en préciser la trajectoire et confirmer qu’elle provient de l’extérieur du Système solaire, l’engouement pour l’objet baptisé provisoirement C/2019 Q4 est total.