Découverte : des étoiles exotiques dans notre galaxie

Vue d’artiste du disque de notre galaxie vue par la tranche. © ESO
Une des premières études réalisées avec les nouvelles données du satellite Gaia indique que deux populations d’étoiles vivent dans le halo de la Voie lactée. L’une d’elles pourrait avoir une origine extragalactique.
Une des avancées permises par le deuxième catalogue de données du satellite Gaia était bien cachée dans les méandres d’un diagramme Hertzsprung-Russell (ou diagramme H-R). Conçu au XXe siècle, ce graphique résume toutes les étapes de la vie d’une étoile. Notre Soleil et la plupart des étoiles se trouvent sur la branche centrale du diagramme, aussi appelée séquence principale, qui regroupe les étoiles arrivées à l’âge adulte. Leur réacteur nucléaire fonctionne à plein régime, elles consomment l’hydrogène de leur cœur pour le transformer en hélium.

Justement, selon les observations de Gaia, les étoiles de la séquence principale vivant dans le halo de la Voie lactée se scindent en deux groupes différents. Ce phénomène semble unique à cette région gigantesque...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • LM d’Apollo 10, photo du trou noir, voyages vers Mars… : retrouvez tous nos articles 100 % web

    Un astronome aurait retrouvé le LM d’Apollo 10 ! Comment photographie-t-on un trou noir ? Une expérience donne de l’espoir pour la vie sur Mars… Passionnés d’exploration spatiale, curieux d’astronomie, vous trouverez à coup sûr matière à apprendre dans les nombreux articles et podcasts publiés sur notre site. En voici la liste. Cliquez, et découvrez !

  • Trou noir : les secrets d’une image

    La première photo d’un trou noir, révélée le 10 avril 2019, restera certainement dans les annales de l’astronomie. Un exploit collectif réalisé par 200 astrophysiciens dispersés sur toute la planète, et dont voici les coulisses.

  • Aidez les astronomes à savoir quand se couche réellement le Soleil

    Étonnant : les heures de lever et de coucher du Soleil ne sont pas prédites à mieux que quelques minutes. La responsable de cette imprécision : notre atmosphère. Les chercheurs se tournent vers les sciences participatives pour résoudre ce problème épineux, car il a un impact la navigation en mer, mais aussi sur les observations astronomiques.