Découverte : des étoiles exotiques dans notre galaxie

Vue d’artiste du disque de notre galaxie vue par la tranche. © ESO
Une des premières études réalisées avec les nouvelles données du satellite Gaia indique que deux populations d’étoiles vivent dans le halo de la Voie lactée. L’une d’elles pourrait avoir une origine extragalactique.
Une des avancées permises par le deuxième catalogue de données du satellite Gaia était bien cachée dans les méandres d’un diagramme Hertzsprung-Russell (ou diagramme H-R). Conçu au XXe siècle, ce graphique résume toutes les étapes de la vie d’une étoile. Notre Soleil et la plupart des étoiles se trouvent sur la branche centrale du diagramme, aussi appelée séquence principale, qui regroupe les étoiles arrivées à l’âge adulte. Leur réacteur nucléaire fonctionne à plein régime, elles consomment l’hydrogène de leur cœur pour le transformer en hélium.

Justement, selon les observations de Gaia, les étoiles de la séquence principale vivant dans le halo de la Voie lactée se scindent en deux groupes différents. Ce phénomène semble unique à cette région gigantesque...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Vidéo : Les origines de l’Univers explorées avec Hervé Dole

    Hervé Dole étudie la formation et l'évolution des grandes structures (galaxies et amas de galaxies). Il participe notamment aux missions de l’ESA Planck et Euclid. En novembre 2018, il a exposé les récentes avancées dans notre connaissance de l’Univers lors des Rencontres du ciel et de l’espace (RCE).

  • Admirez l’éclipse totale de Lune du 21 janvier !

    Il faudra être un lève-tôt, ce lundi 21 janvier 2019, pour apercevoir la Lune plonger dans l’ombre de la Terre ! Un spectacle assez rare, étonnant et beau, à contempler pendant plus d’une heure en direction de l’ouest !

  • Enquête sur Asgardia : la première nation de l’espace intrigue

    Le Russe Igor Ashurbeyli a fondé voilà deux ans Asgardia, qui revendique 280 000 citoyens à travers le monde. Ce premier royaume spatial, en réalité surtout numérique, se veut pacifiste et humaniste et souhaite être reconnu par les Nations unies. Mais peut-on faire confiance à un ex-fabriquant de missiles ?