Découverte d’une météorite martienne tombée sur Terre cet été

La météorite martienne qui serait tombée dans le Sahara en juillet 2011. Crédit : JL. Dauvergne/Ciel et Espace Photos

Les fragments d'un bolide venu de l'espace, observé en plein jour dans le Sahara, ont été identifiés comme des roches en provenance de la planète Mars. Alerté mi-décembre de la découverte de météorites particulières entre le Maroc et l'Algérie, le chasseur de météorites Luc Labenne a examiné les roches et reconnu une Shergottite, typique d'une roche arrachées à la planète rouge par un impact puissant.

Une météorite martienne intacte
Luc Labenne a récupéré le 20 décembre des échantillons de l'objet, dont plusieurs personnes ont été témoins de la chute, dans le Sahara, en plein jour, au mois de juillet 2011, à la manière du bolide breton observé le 25 juillet. De retour à Paris, le 23 décembre, il en a proposé deux petits fragments d'environ 2 grammes aux scientifiques du Museum d'Histoire Naturelle, Brigitte Zanda et Violaine Sauter, à des fins d'expertise.

Mais d'ores et déjà, il avance : « la croûte qui entoure la météorite est intacte, signe que sa chute est très récente. Or cette croûte est très fragile et dans le désert, à cause du sable charrié par le vent, elle se serait altérée en quelques mois seulement ».

Ci-dessous, une vidéo d'un fragment de la météorite martienne réalisée par Luc Labenne :

Origine martienne contrôlée
Par des contacts avec un chercheur américain spécialiste des météorites, Luc Labenne affirme que les fragments qu'il vient de récupérer sont bien d'origine martienne. En effet, ledit chercheur américain s'est lui aussi procuré des morceaux qu'il a déjà pu analyser et ainsi authentifier.

Luc Labenne tenant un fragment de la météorite martienne de juillet 2011. Crédit : JL. Dauvergne/Ciel et Espace Photos

Le chasseur de météorites Luc Labenne montre un fragment de la météorite martienne tombée en juillet 2011 dans la Sahara. Crédit : JL. Dauvergne/Ciel et Espace Photos

Une aubaine pour la science ?
Si l'origine martienne de l'objet est confirmée par le Museum, elle pourrait constituer une prise exceptionnelle pour les scientifiques, tout comme la météorite Paris, identifiée en février 2010. En effet, celle-ci n'a guère eu le temps de subir les outrages du temps après son arrivée sur Terre. De même, sa contamination par des organismes terrestres est probablement très limitée, ce qui favoriserait une éventuelle recherche d'organismes martiens.

Pour mémoire, la météorite martienne ALH 84001, dans laquelle une équipe avait clamé identifier une forme de vie martienne, était restée sur Terre 13000 ans avant qu'elle n'ait été découverte.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Le numéro 573 de Ciel & Espace est en kiosques : Les extraterrestres sont-ils verts ?

    S’ils existent, pourquoi les extraterrestres ne sont-ils toujours pas arrivés sur Terre ? Cette question posée voici plusieurs décennies par le prix Nobel de physique Enrico Fermi a suscité plus de 70 réponses possibles. La plus récente est pour le moins étonnante : c’est parce qu’ils seraient écolos…

  • De la vie découverte sur Vénus ? Pourquoi ce n’est pas si simple

    La découverte de phosphine dans l’atmosphère de Vénus, une molécule présentée comme une « biosignature », a fait bruisser la toile pendant plusieurs jours avant l’annonce officielle de ce 14 septembre 2020. Il y a pourtant peu de chances pour que cette détection ait un quelconque rapport avec la vie extraterrestre.

  • Les pluies de la jeune Mars quantifiées pour la première fois

    Il ne pleut plus sur la planète Mars aujourd’hui, mais il a plu voici plusieurs milliards d’années. En quelle quantité ? Sous quelle forme ? Pour la première fois, des chercheurs ont quantifié ces précipitations extraterrestres.